Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Façonnée de couches de liber, la semelle était surmontée d'un dessus de chaussure ouvert.

Canton de Zurich

(sda-ats)

Les fouilles archéologiques menées dans les eaux du Greifensee, à Maur (ZH), ont abouti à une découverte rarissime: une chaussure quasi entière, vieille de 5000 ans. Jusqu'à présent, moins de dix exemplaires datant du Néolithique avaient été trouvés en Europe.

La chaussure découverte par les archéologues zurichois date de la culture palafittique de Horgen (3300-2800 av. J-C), qui a suivi celle de Cortaillod (NE). Elle représente un exemple parfait de la production raffinée de vêtements au Néolithique, indiquent mardi les autorités cantonales zurichoises.

La chaussure découverte est façonnée en fibres de liber, couche où circule la sève élaborée sous l'écorce de certains arbres. Les indigènes de l'époque découpaient des bandes larges de 0,5 cm dans le liber pour constituer la semelle surmontée d'un dessus de chaussure semi-ouvert.

Millions de chaussures décomposées

La longueur de l'exemplaire trouvé (26 cm) laisse deviner qu'il a appartenu à un adulte. Le talon de la chaussure est troué. Raison pour laquelle son ou sa propriétaire l'a probablement jetée.

Au premier coup d'oeil, le profane n'y voit qu'un objet ressemblant à de la boue agglomérée. En y regardant de plus près, on reconnaît toutefois la structure filiforme, la forme et les bords tressés de la chaussure.

Le fait que l'objet ait résisté durant 5000 ans à une décomposition certaine au fond du lac tient du miracle. Moins de dix chaussures de ce type, en bon état de conservation, ont été découvertes en Europe alors qu'il en existait des millions au Néolithique. L'espace recouvrant la Suisse actuelle avait été peuplé de 1,5 million de personnes durant les 1300 ans qu'a duré cette ère.

Objets repêchés avec les sédiments

Le lieu des fouilles longe le ponton, à 3,5 mètres de profondeur. Au fond de l'eau, les plongeurs archéologues doivent faire remonter les objets avec le bloc entier de sédiments qui les entoure, afin de ne pas mettre en danger la structure fragile des fragments textiles. Les objets sont ensuite extraits en milieu humide dans un laboratoire.

Le site palafittique de Maur constitue une véritable chambre forte pour les archéologues zurichois. Outre des fragments d'autres chaussures, les fouilles commencées en novembre dernier ont permis de remonter des récipients en bois, des tapis tressés, des filets de pêche, des nasses ou encore des fragments de manteaux. Loin de s'être décomposés, les textiles se trouvent dans un état de conservation inattendu.

La découverte du site palafittique de Maur remonte à la correction de la rivière Glatt durant l'hiver 1889-90, qui a abaissé le niveau du lac d'un mètre. Il a fallu attendre un siècle pour que des analyses plus précises soient réalisées sur place. Des couches superposées avaient alors été découvertes. Elles datent de la culture de Pfyn (3800-3600 av. J-C), de la culture de Horgen et de celle de la céramique cordée (2750-2500 av. J-C).

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS