Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Depuis l'entrée en vigueur de la nouvelle loi sur la concurrence déloyale, le 1er avril, les organisations de consommateurs suisses ont reçu 1620 dénonciations. La grande majorité concerne des appels téléphoniques non sollicités. Des plaintes seront déposées prochainement.

Au 15 mai, la Fédération romande des consommateurs (FRC) avait enregistré environ 1050 dénonciations en Suisse alémanique, 550 en Suisse romande et 20 au Tessin, a indiqué la FRC mercredi à l'ats.

Sur ce nombre, 1350 dénoncent le non respect de l'astérisque dans le démarchage téléphonique, "ce qui n'est pas une surprise", selon Valérie Muster, de la FRC. Les abonnés dont le nom est précédé de ce symbole dans les annuaires, sont en principe protégés de la publicité par téléphone.

Les promesses de gains (124) et les arnaques à l'annuaire (79) concernent le gros du reste des dénonciations, suivies du commerce électronique (48) et des ventes pyramidales (19). Pour les arnaques à l'annuaire, les chiffres ne correspondent pas tout à fait à la réalité, car beaucoup concernent des questionnaires datant d'avant l'entrée en vigueur de la loi.

Montants parfois très élevés

Dans le cas d'arnaques, des personnes agissant au nom de sociétés fictives appellent de l'étranger des commerçants. Elles les persuadent de signer un document pour corriger prétendument une erreur concernant leur inscription dans l'annuaire téléphonique officiel. Elles réussissent par la menace et la ruse à faire payer des sommes parfois très élevées.

Pour tenter de contourner la loi, certains "vendeurs" affirment désormais qu'ils appellent pour un sondage, explique Valérie Muster. Autre parade, les tentatives de partenariat entre sociétés: "Vous êtes client chez l'une, mais ses partenaires peuvent également vous contacter. Dans ce cas, l'astérisque ne vaut rien, parce que vous avez donné votre accord à ce que vos données soient transmises aux partenaires", explique Valérie Muster.

ATS