Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Confronté à des soupçons de blanchiment d'argent, Hans Bodmer démissionne avec effet immédiat du conseil d'administration d'Hyposwiss Privatbank, a indiqué la Banque cantonale de St-Gall qui contrôle l'établissement. Le retrait est lié à une affaire en Russie.

La décision a été prise d'entente avec Roland Ledergerber, président du conseil d'administration et directeur général de la Banque cantonale de St-Gall, selon un communiqué publié vendredi. Hans Bodmer veut par là clarifier la situation entre les soupçons pesant sur lui et son activité au sein d'Hyposwiss.

L'idée consiste à ne pas pénaliser Hyposwiss Privatbank. D'après le communiqué de la banque cantonale toutefois, les soupçons pesant sur Hans Bodmer et la controverse entourant le groupe russe de matières premières Norilsk Nickel concerne une époque où l'homme n'était pas membre du conseil d'administration.

Hans Bodmer n'aura donc fait qu'un passage éclair au sein du conseil de surveillance d'Hyposwiss Privatbank, dans la mesure où il en est membre seulement depuis juillet.

Dans le cadre d'une affaire liée à la lutte pour le contrôle de Norilsk Nickel, une plainte pénale a été adressée en août au Ministère public de la Confédération et à l'Autorité de surveillance des marchés financiers (FINMA). Elle visait un milliardaire russe, principal actionnaire de Norilsk.

Selon la Banque cantonale de St-Gall, le Ministère public a confirmé qu'il n'existait de plainte pénale ni contre elle ni contre Hyposwiss. Il a jugé infondés les soupçons formulés à leur encontre. La FINMA doit encore se prononcer sur le cas, précise le communiqué.

ATS