Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Fabiano Silveira est le deuxième membre du gouvernement intérimaire brésilien à jeter l'éponge en une semaine (archives).

KEYSTONE/EPA EFE/NATIONAL COUNCIL OF JUSTICE/BRAZIL NATIONAL COUNC

(sda-ats)

Le ministre brésilien de la transparence, Fabiano Silveira, a démissionné lundi après la divulgation d'un enregistrement audiophonique dans lequel il critiquait l'enquête sur le scandale de corruption Petrobras. Il est le deuxième ministre à se retirer en une semaine.

Le ministre, chargé de la lutte contre la corruption par le président par intérim Michel Temer depuis sa prise de fonctions le 12 mai, a envoyé une lettre de démission, selon un communiqué publié par le palais présidentiel. Son remplaçant n'a pas encore été désigné.

La semaine dernière, Romero Juca, le président du Sénat nommé ministre de la planification dans le gouvernement intérimaire, avait déjà été contraint à la démission. Il est accusé d'avoir oeuvré à la destitution de la présidente brésilienne Dilma Rousseff dans le but d'arrêter l'enquête sur le scandale Petrobras.

De source gouvernementale, on indique que Fabiano Silveira restera en fonction "pour l'instant". Les accusations portées contre le ministre de la transparence découlent de conversations enregistrées à son insu il y a plus de trois mois au domicile du président du Sénat et révélées dimanche soir par la chaîne de télévision Globo.

Conseil national de justice

On y entend Fabiano Silveira critiquer les procureurs chargés de l'enquête sur le vaste réseau de surfacturations et de corruption autour de Petrobras et expliquer au président du Sénat, comment se défendre au mieux.

La conversation date du mois de mars, alors que M. Silveira était membre du conseil national de la justice. M. Silveira assurait que le parquet était "perdu" dans l'affaire Petrobras et conseillait le président du Sénat pour faire face à sa procédure.

Lundi, des fonctionnaires de son ministère, créé par le président brésilien par intérim Michel Temer pour lutter contre la corruption, ont réclamé le départ de M. Silveira.

Le vice-président Michel Temer, du parti centriste PMDB, assume l'intérim de la présidence depuis le 12 mai, après que le Sénat a écarté du pouvoir Dilma Rousseff, accusée par l'opposition de maquillage des comptes publics.

ATS