Navigation

Démission de Lakhdar Brahimi de son rôle en Syrie

Ce contenu a été publié le 13 mai 2014 - 21:09
(Keystone-ATS)

Lakhdar Brahimi démissionnera le 31 mai de son poste de représentant spécial des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie, a souligné mardi le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon. Le diplomate algérien évoquait intention de se retirer depuis plus d'un an.

L'échec des discussions de Genève entre délégués du pouvoir syrien et de l'opposition l'avait conforté dans sa volonté. La décision du président Bachar al-Assad d'organiser une élection présidentielle et de s'y présenter le mois prochain l'a convaincu de jeter l'éponge.

"Ce n'est pas très agréable pour moi. C'est très triste de quitter ce poste en laissant la Syrie dans un tel état", a dit Lakhdar Brahimi après l'annonce du secrétaire général de l'ONU.

Les Nations unies lui cherchent depuis quelque temps un successeur. Plusieurs candidatures sont étudiées, dont celle de l'ex-ministre tunisien des Affaires étrangères Kamel Morjane, ont indiqué au début du mois des sources diplomatiques.

Damas bénéficie du soutien de Moscou, qui a bloqué avec l'appui de la Chine toute tentative pour condamner ou sanctionner le gouvernement syrien depuis le début du conflit.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.