Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Werner Faymann a démissionné de toutes ses fonctions après la débâcle de son parti au premier tour de l'élection présidentielle.

KEYSTONE/APA/ROLAND SCHLAGER

(sda-ats)

Le chancelier autrichien Werner Faymann, également dirigeant du parti social-démocrate SPÖ, a démissionné lundi de toutes ses fonctions deux semaines après la débâcle de son parti au premier tour de l'élection présidentielle.

"Il a démissionné de toutes ses fonctions", a dit Anja Richter, porte-parole de la Chancellerie à l'AFP. Le candidat d'extrême droite Norbert Hofer est arrivé en tête le 24 avril du premier tour de l'élection présidentielle qui a vu l'élimination du candidat SPÖ.

Pour la première fois, les partis social-démocrate et conservateur (ÖVP), qui gouvernent au sein d'une grande coalition depuis 2008, ont été éliminés de la phase finale du scrutin dont le deuxième tour se déroulera la 22 mai.

Configuration inédite

Cette configuration inédite depuis la Seconde Guerre mondiale a provoqué un séisme au sein de ces deux formations et notamment chez les sociaux-démocrates où la légitimité de M. Faymann était depuis des jours remise en question.

Une réunion des instances du parti devait se dérouler en milieu d'après-midi. Le candidat du parti d'extrême droite FPÖ, Norbert Hofer, a obtenu 36,4% des voix, réalisant le meilleur résultat de cette formation depuis la guerre à une élection nationale en Autriche.

Un écologiste, Alexander Van der Bellen, s'est hissé pour la première fois au second tour avec 20,4% des suffrages. Le candidat social-démocrate Rudolf Hundstorfer (SPÖ) et le conservateur Andreas Khol (ÖVP) ont été éliminés avec 11,2% des voix seulement chacun.

ATS