Toute l'actu en bref

Le commandant de la police cantonale de Bâle-Ville Gerhard Lips a annoncé vendredi sa démission avec effet immédiat (archives).

KEYSTONE/PATRICK STRAUB

(sda-ats)

La police cantonale de Bâle-Ville doit se trouver un nouveau commandant. Gerhard Lips a démissionné avec effet immédiat vendredi. Il était l'objet de critiques depuis plusieurs mois. Son départ a été convenu d'un commun accord.

Des différences dans la façon de diriger le corps de police sont à l'origine de cette décision, a indiqué vendredi le Département de la sécurité. Malgré un soutien externe apporté depuis quelques mois, ces différences n'ont pas pu être levées.

C'est pourquoi le chef du département de la sécurité Baschi Dürr et le commandant Gerhard Lips ont convenu d'un commun accord qu'il fallait procéder à un changement à la tête de la police cantonale. Le lieutenant-colonel et chef d'Etat-major Martin Roth assure l'intérim.

Un accord de séparation a été signé avec le commandant démissionnaire. Le gouvernement l'a approuvé. Les deux parties ont convenu de ne pas en révéler le contenu.

Médiation et coaching

Malgré une médiation et un coaching, aucune amélioration n'a été sentie au sein du corps de police, a indiqué Baschi Dürr au cours d'une conférence de presse. En revanche, il existait depuis un an et demi un problème important dans la répartition des rôles au sein des organes dirigeants de la police.

La gestion des opérations au quotidien fonctionnait bien, selon le conseiller d'Etat. Gerhard Lips estime lui aussi que les différences de conception sur la répartition des responsabilités à la tête de la police n'ont jamais eu d'incidence sur le travail au front.

La confiance dans la police a souffert ces derniers temps, selon le commandant démissionnaire. Son départ doit contribuer à la rétablir. "Démissionner a été une décision difficile à prendre, car j'avais du plaisir à faire mon travail", a encore indiqué Gerhard Lips.

Espionnage pour la Turquie

Le commandant et la police cantonale de Bâle-Ville ont fait plusieurs fois les gros titres des médias ces derniers mois. Il y a d'abord l'affaire des voitures de fonction, puis celle d'un membre du corps de police qui aurait espionné pour le compte de la Turquie et, enfin, des délits commis par des policiers.

Selon le Département de la justice, la démission du commandant n'a pas de lien avec les cas récents de policiers qui auraient commis des délits ou l'enquête du professeur de droit Felix Uhlmann. Ce dernier a été chargé par le chef du département d'examiner la façon dont la police a utilisé les informations du Service de renseignement de la Confédération dans l'affaire de l'espion présumé.

A Bâle-Ville depuis 2009

Gerhard Lips a pris ses fonctions de commandant de la police cantonale de Bâle-Ville en 2009. Il était auparavant vice-commandant de la police municipale de Zurich depuis 2002. A Bâle, il avait succédé à Roberto Zalunardo. Celui-ci avait quitté ses fonctions avec effet immédiat d'un commun accord avec le chef du département de l'époque Hanspeter Grass. Près de 1000 personnes travaillent à la police cantonale de Bâle-Ville.

ATS

 Toute l'actu en bref