Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'assassinat fin février de Jan Kuciak et de sa compagne a mis la Slovaquie sous le choc (archives).

KEYSTONE/AP/RONALD ZAK

(sda-ats)

Le ministre slovaque de l'Intérieur, Tomas Drucker, a annoncé lundi sa démission après de grandes manifestations. Les rassemblements avaient été organisés pour réclamer la démission du chef de la police après le meurtre du journaliste Jan Kuciak en février.

Tomas Drucker a déclaré lundi qu'il n'avait pas trouvé de raison de renvoyer le chef de la police, Tibor Gaspar, tout en soulignant que la question restait source de division au sein du pays.

Les organisateurs des manifestations exigeaient le départ de Tibor Gaspar et une modification de la législation afin d'empêcher que son successeur ne soit nommé par le ministre de l'Intérieur et de permettre ainsi la tenue d'une enquête impartiale sur l'affaire Kuciak.

Démission de Fico

L'assassinat fin février de Jan Kuciak et de sa compagne a mis la Slovaquie sous le choc. Ce jeune journaliste de 27 ans enquêtait sur des affaires de corruption impliquant des hommes d'affaires liés à la sphère politique.

L'affaire a déclenché les plus grandes manifestations en Slovaquie depuis la "révolution de velours", qui avait abouti à la chute du communisme en novembre 1989. Ces rassemblements ont fini par acculer à la démission le Premier ministre Robert Fico, qui était en fonction de longue date.

Fico a chargé son vice-Premier ministre Peter Pellegrini de lui succéder. Celui-ci a été investi dans ses fonctions le 22 mars.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS