Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les opposants au nucléaire ont déposé vendredi à la chancellerie du canton de Berne une initiative pour la fermeture de Mühleberg. Le texte muni de 15'480 signatures demande au canton, actionnaire principal des FMB, d'exiger la fermeture de la centrale nucléaire.

La récolte rapide et aisée des signatures nécessaires montrent de façon évidente qu'une majorité de la population souhaite un arrêt immédiat du site, a déclaré dans un communiqué Franziska Herren, membre du comité d'initiative. Les initiants devaient récolter 15'000 signatures jusqu'au mois de mars.

Actionnaire principal

Le texte de l'initiative ne comporte qu'une phrase. Elle demande au canton, en tant qu'actionnaire majoritaire des Forces motrices bernoises FMB Energie SA, de veiller à la mise hors service immédiate de la centrale nucléaire. Le canton de Berne est actionnaire à hauteur de 52%.

Mais il n'est pas certain que cette majorité suffise pour exiger un arrêt lors de l'assemblée générale des FMB. Une modification des statuts exige une majorité des deux tiers des actionnaires. Les particuliers à l'origine de cette initiative ont voulu agir après la catastrophe de Fukushima.

Le comité d'initiative a aussi écrit à tous les membres du Grand Conseil bernois, les invitant à s'engager en faveur de l'arrêt immédiat de Mühleberg. A l'appui de sa requête, il mentionne l'article 31 de la Constitution bernoise sur la protection de l'environnement. Il évoque également les déficits en matière de sécurité et le manque de rentabilité économique de la centrale.

ATS