Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Alliance Santé Psychique Suisse (ASPS) demande au Conseil des Etats d'accepter la loi sur la prévention lors de la prochaine session parlementaire. Elle a déposé mardi devant le Palais fédéral à Berne une pétition en ce sens.

La loi sur la prévention crée pour la première fois une base légale en matière de prévention des maladies psychiques, estime l'ASPS. Or la pétition "Pour nous tous - contre la marginalisation" revendique que l'on porte le même intérêt aux maladies psychiques qu'aux maladies physiques", a déclaré le psychiatre Sebastian Haas.

Les maladies psychiques sont fréquentes: chaque année, entre 20 et 25% de la population suisse souffrent d'un trouble psychique. Environ 40% des rentes AI sont attribuées en raison d'un trouble psychique.

Moins de coûts

Lors de la dernière session parlementaire, le Conseil national a accepté l'entrée en matière sur la loi pour la prévention, après le rejet de justesse des Etats en décembre. La Chambre des cantons devra réexaminer le texte le 1er juin. Si elle refuse une seconde fois, le projet de loi est définitivement enterré.

En acceptant cette loi, il sera possible de prendre les mesures nécessaires pour prévenir les maladies psychiques, ainsi que d'économiser des coûts liés à l'AI et au système de santé, espère M. Haas.

ATS