Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La construction de nouveaux logements et le recul de l'immigration ont apporté une détente sur le marché suisse des locations (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Le marché du logement s'est développé inégalement l'an dernier. La situation s'est détendue du côté des locations, mais la demande n'a pas pu être satisfaite sur le marché de la propriété et la situation reste durablement tendue dans certaines régions.

La Suisse disposait toujours de suffisamment de logement en 2017. Mais l'écart entre les marchés de la location de la propriété se creuse, conclut vendredi l'Office fédéral du logement en publiant l'étude annuelle sur les effets de la libre circulation des personnes sur le marché du logement.

Comme les années précédentes, la croissance de l'offre a dépassé celle des ménages. Mais le nombre de ces derniers n'a progressé que de 0,7%, soit deux fois moins qu'en 2016. Le tassement résulte uniquement des ménages étrangers qui ont vu leur taux de croissance réduit de 2,5% à 1,1%.

Le recul de l'immigration a contribué à la détente du marché locatif. Grâce au point fort des dernières années sur la construction de logements locatifs, il y a même eu une surabondance marquée de l'offre en 2017 sur le segment supérieur de prix des locations.

Sur le marché de la propriété, tributaire d'abord de la demande des ménages suisse, l'offre n'a pas réussi à satisfaire la demande. Selon l'office fédéral, une partie des locataires préféreraient être propriétaires.

Tensions sur le plateau

La situation globale reste durablement tendue avant tout en Suisse centrale et dans la région de Zurich malgré une légère détente. Elle l'est nouvellement aussi sur le Plateau avec une pénurie de logement dans la région de Berne.

Dans la région lémanique, la situation dans les segments inférieurs de location et de prix reste tendue. Sur le marché de la propriété, l'offre ne suit toujours pas la demande, ce qui a légèrement poussé les prix vers le haut. La zone la plus en pénurie reste le Gros-de-Vaud qui sert de tampon pour les centres au bord du lac Léman.

L'étude est réalisée chaque année par la Haute école zurichoise en sciences appliquées (ZHAW) en collaboration avec la société Meta-Sys.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS