Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La ministre des transports Doris Leuthard est intervenue lors de la 14e édition du Forum des 100 à Lausanne, sur le thème "réinventer la mobilité".

KEYSTONE/CYRIL ZINGARO

(sda-ats)

Les enjeux de la mobilité ont été au coeur jeudi des discussions du Forum des 100 à Lausanne. Voitures électriques ou autonomes ainsi que des projets plus futuristes ont été évoqués. Nuria Gorrite et Doris Leuthard ont appelé à ne pas tout attendre de l'Etat.

"Les politiques sont toujours en décalage avec les attentes de la population en matière de transports", a reconnu Nuria Gorrite, présidente du Conseil d'Etat vaudois devant quelque 800 personnes réunies pour la 14e édition du Forum des 100, organisée par le journal Le Temps, et consacrée au thème "réinventer la mobilité".

Les investissements se comptent en milliards et durent des années, a pointé la conseillère d'Etat. Et pendant ce temps, les besoins de la population évoluent. Elle a souligné que les réponses ne devaient pas venir seulement des politiques, mais de l'ensemble des acteurs impliqués.

Parmi les solutions émergentes pour répondre aux défis de la mobilité figure la voiture autonome. A ce sujet, Mme Gorrite a invité à ne pas attendre de "miracles" d'un tel moyen de transport. Il faudra dans tous les cas que ces véhicules soient partagés pour éviter que le transport individuel ne continue à croître.

La ministre cantonale a aussi souligné que les voitures autonomes nécessiteront des investissements énormes de la part des collectivités publiques pour que le réseau routier puisse les accueillir (pour assurer des voies désengorgées mais aussi pour garantir la connectivité Internet avec l'environnement, pour installer des feux de circulation intelligents, etc.).

"La Suisse romande n'est pas défavorisée"

Confrontée à la faiblesse du parc de voitures électriques en Suisse (moins d'un pourcent du total des véhicules), la conseillère fédérale Doris Leuthard a estimé que le pays n'était pas si mal positionné au niveau européen. Elle a relevé que le succès de la Norvège, pays souvent cité comme un bon élève en la matière, était largement dû aux subsides accordés par l'Etat. Et ceux-ci représentent une lourde facture, a dit Mme Leuthard, dont la voiture de fonction est électrique.

En Suisse, les véhicules électriques sont favorisés sur le plan fiscal (les propriétaires ne doivent s'acquitter que de la vignette autoroutière), a encore rappelé la cheffe du Département des transports. Elle a estimé que le développement en la matière ne devait pas seulement être attendu de l'Etat, mais aussi des initiatives du secteur privé. Elle a lancé une pointe à l'adresse des cantons et des villes, en retard selon elle sur l'installation de stations de recharge.

Doris Leuthard s'est par ailleurs dite très favorable à la poursuite de tests en Suisse avec des véhicules autonomes, à l'image de ce qui a été fait à Sion ou à Zoug. Le défi est pour elle de ne pas se limiter à des quartiers, mais d'assurer la connection avec une région plus large.

La ministre des transports a enfin balayé les critiques selon lesquelles la Suisse romande serait défavorisée sur le plan du financement des infrastructures de transport. Citant l'exemple du rail, elle lancé: "La Suisse romande n'est pas sous-financée, elle est traitée de manière non discriminatoire et correcte".

Bientôt des taxis volants

Cette édition du Forum des 100 a donné la parole à toute une série d'acteurs de la mobilité. L'aventurier Raphaël Domjan a ainsi décrit son projet d'avion solaire stratosphérique "SolarStratos".

Alexandre Droulers, responsable pour l'Europe de l'ouest des projets "nouvelle mobilité" chez Uber, a souligné que le service de réservation de voitures avec chauffeur travaillait sur des offres de mobilité partagée, sur la voiture électrique, et également sur les véhicules autonomes. Uber souhaite par ailleurs devenir une plateforme de mobilité "multimodale", où les usagers pourront aussi réserver des tickets de transports publics.

Et M. Droulers a aussi annoncé l'arrivée d'ici quelques années aux Etats-Unis de "taxis volants" ("Uber air"), que la société voit comme l'un des moyens de désengorger les grandes villes à l'avenir. Il a indiqué que des discussions étaient en cours avec les autorités de régulation américaines avec l'objectif de débuter l'activité commerciale de ces engins électriques, mi-drones mi-hélicoptères, en 2023.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS