Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Relevant "l'obligation" de rassemblement du PS qui compte aujourd'hui 31 députés et 102'000 militants, Olivier Faure a appelé le parti à tourner le dos aux déchirements du passé entre différents courants.

KEYSTONE/AP/THIBAULT CAMUS

(sda-ats)

Olivier Faure, nouveau premier secrétaire du Parti socialiste français, a engagé dimanche le 78e congrès du PS sur le chemin de la "renaissance". Sa famille politique est en effet en lambeaux depuis ses défaites électorales du printemps 2017.

S'appuyant d'emblée sur l'exemple du congrès d'Epinay de 1971, qui mena François Mitterrand à la victoire dix ans plus tard, le député a appelé au rassemblement derrière l'idée d'une "opposition aussi résolue que responsable" à la politique "et de droite et de droite" d'Emmanuel Macron.

"C'était il y a 47 ans. Déjà on nous voyait plus morts que vifs, c'était à Epinay. (Ce congrès) fut le point de départ d'une renaissance", a-t-il déclaré à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) devant un parterre où l'on reconnaissait les anciens Premiers ministres Jean-Marc Ayrault et Bernard Cazeneuve, l'ex-ministre Najat Vallaud-Belkacem ainsi que les candidats malheureux à la tête du PS Stéphane Le Foll, Emmanuel Maurel et Luc Carvounas.

"Les grandes idées ne meurent jamais"

"Les grandes idées ne meurent jamais, alors ayons confiance en nous", a ajouté Olivier Faure dans ce discours de clôture de plus d'une heure et demie.

Repoussant la perspective d'un parti "promis à une extinction lente mais assurée", le député a mis en avant une volonté de transformation et une soif de justice "intactes" dans un pays où les socialistes au pouvoir depuis cinq ans ont été balayés l'an dernier par La République en marche.

"République transformée en marché"

"Le résultat dix mois plus tard, c'est que le gouvernement transforme la République en marché", a lancé le nouveau chef de file du PS, fustigeant "un régime où le président dirige seul, épaulé par une start-up de conseillers", où les prérogatives du Parlement ont été transférées "à quelques hauts fonctionnaires".

En pleine grogne sociale, notamment à la SNCF, il a invité le PS à se placer "auprès de ceux qui gagnent peu et perdent toujours face aux premiers de cordée", qu'il s'agisse des agriculteurs en difficulté, des chômeurs ou des fonctionnaires. Il a aussi invité ses troupes à réfléchir à des questions de fond, telles que les enjeux écologiques.

Dans un long chapitre consacré à l'Europe, Olivier Faure a appelé, via des assises des gauches européennes, à un sursaut face aux options aujourd'hui sur la table.

"Soit le populisme de gauche ou de droite, au choix, soit le projet libéral, l'adaptation à la mondialisation, soit le chemin, le choix progressiste, le nôtre, celui qui s'appuiera sur la mobilisation citoyenne", a-t-il dit. "Sans cette perspective, notre renaissance ne serait qu'un feu de paille".

"Obligation" de rassemblement

Relevant "l'obligation" de rassemblement du PS, qui compte aujourd'hui 31 députés et 102'000 militants, Olivier Faure a appelé le parti à tourner le dos aux déchirements du passé entre différents courants.

Alors qu'une partie des troupes socialistes a rejoint La République en marche, la France insoumise et le mouvement de l'ancien candidat du PS à l'élection présidentielle Benoît Hamon, Olivier Faure a dit son souhait de tout réorganiser.

Il a notamment annoncé un futur secrétariat national d'une vingtaine de personnes avec "beaucoup de têtes nouvelles, une parité effective". Il a dit son intention d'être "intraitable" avec les pratiques frauduleuses, le sexisme, toute forme de discrimination et de violences faites aux femmes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS