Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le conglomérat industriel uranais Dätwyler a vu son chiffre d'affaires reculer de 2,2% en 2011 sur un an à 1,29 milliard de francs. La performance a subi l'impact du franc fort, ce phénomène induisant un effet négatif de 100,6 millions, soit une contraction de 7,6%.

Mesuré à la croissance organique, le chiffre d'affaires présente une hausse de 5,4%, a indiqué vendredi le groupe établi à Altdorf. La stratégie de niches initiée il y a quelques années a permis aux quatre divisions de profiter d'une demande "robuste", même si trois d'entre elles ont accusé une baisse de leurs ventes.

Outre l'appréciation du franc, le groupe uranais a souffert des incertitudes liées à la crise de la dette en Europe. Dans le détail, la division principale des composants techniques (Technical Components) a vu ses ventes se contracter de 3,7% à 626,4 millions de francs. La croissance organique s'est portée à 3%.

Deuxième division du groupe en termes de chiffres d'affaires, l'unité Pharma Packaging, active dans les emballages pour les produits pharmaceutiques, a le plus souffert de l'appréciation du franc. Ses ventes ont fléchi de 4,4% à 265,1 millions de francs, alors que la croissance organique s'est fixée à 8,3%.

Objectif de rentabilité atteint

Dans le secteur des solutions de câblage, Cabling Solutions a engrangé un chiffre d'affaires de 240,9 millions de francs, 1,1% de moins qu'un an auparavant. La croissance organique a atteint 5,5%. Seule division à présenter une expansion, Sealing Technologies, unité active dans le secteur du caoutchouc et des joints a affiché des ventes en hausse de 7% à 151,4 millions, pour une croissance organique de 10,7%.

Côté rentabilité, le groupe uranais, qui présentera ses résultats détaillés le 16 mars prochain, estime avoir atteint l'objectif fixé, avec une marge d'exploitation EBIT entre 9 et 10%. Les revenus issus de la vente d'immobilier ont permis de compenser les coûts uniques liés à la restructuration de l'entreprise.

ATS