Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Néerlandaise Dafne Schippers a signé un incroyable chrono de 21''63, le meilleur jamais enregistré depuis 17 ans, pour remporter l'or sur 200 m. Les Européens reprennent des couleurs.

Dafne Schippers couronne une montée en puissance phénoménale depuis sa décision, l'an dernier, d'abandonner l'heptathlon pour se consacrer exclusivement au sprint. Aux Mondiaux 2013 à Moscou, la blonde d'Utrecht avait décroché le bronze à l'"hepta". Elle n'était jamais passée sous 22 secondes avant d'arriver à Pékin, et la voilà qui devient, à 23 ans, la troisième performeuse de tous les temps derrière Florence Griffith-Joyner et son intouchable record du monde (21''34) des JO de Séoul en 1988 et les 21''62, en altitude à Johannesburg, de Marion Jones en 1998. Une autre époque, celle des produits en tous genres... Qu'en est-il aujourd'hui?

Schippers, qui réalise au passage le record d'Europe, est la première athlète européenne couronnée sur le demi-tour de piste depuis la Russe Anastasiya Kapachinskaya en 2003. Depuis, Jamaïcaines et Américaines se sont partagé les titres, mais c'est bien la première fois dans l'histoire que le trio gagnant évolue à un tel niveau: Schippers devance de 0''03 la Jamaïcaine Elaine Thompson (3e en 21''66), et de 0''34 la double championne olympique jamaïcaine Veronica Campbell-Brown, 3e en 21''97.

Le bon coup de Shubenkov

Double championne d'Europe du sprint en août dernier à Zurich, la timide Schippers s'exprime surtout sur la piste, avec une maîtrise technique qui allie puissance et cadence, de quoi coiffer sur le fil à Pékin Elaine Thompson pour l'or. Pour Thompson aussi, désormais no 4 mondiale de tous les temps, le résultat est exceptionnel: l'an dernier, la Jamaïcaine affichait un record personnel bien au-dessus des 23 secondes, au niveau de Mujinga Kambundji... Depuis le début, ces Mondiaux de Pékin atteignent des niveaux de performance stratosphériques, même si aucun record du monde n'est encore tombé. Pas sûre que si Allyson Felix et la tenante du titre Shelly-Ann Fraser-Pryce s'étaient alignées sur ce 200 m, elles auraient été à la hauteur...

Shubenkov a franchi pour la première fois la "barrière" des 13 secondes sur 110 m haies. Ses 12''98 représentent une amélioration de 0''08 de son record, de quoi devancer le Jamaïcain Hansle Parchment, argenté en 13''03, et le champion olympique et recordman du monde américain Aries Merritt (3e en 13''04).

Shara Proctor a dompté les favorites en franchissant pour la première fois les 7 m à la longueur (7m07). Cette athlète originaire d'Anguilla, une minuscule île des Caraïbes de 15'000 habitants, décroche son premier grand titre. Elle s'était classée 6e des Mondiaux 2009 sous les couleurs d'Anguilla, territoire britannique, mais court désormais pour le Royaume-Uni, tout comme le sprinter Zharnel Hughes, précieux transfuge d'Anguilla lui aussi. La Serbe Ivana Spanovic a battu elle aussi le record national pour remporter l'argent avec 7m01, devant l'Américaine Tianna Bartoletta (3e avec 6m95), la championne du monde 2005.

Au décathlon, Ashton Eaton est lancé sur les bases de son record du monde après la 1re journée. Il totalise 4703 points, contre 4728 lorsqu'il avait établi sa marque en 2012 aux sélections olympiques américaines. Son record se situe à 9023 points. Dans sa forme actuelle, Eaton peut aller le taquiner samedi, à voir comment il a bouclé sa journée de vendredi par un 400 m en 45''00, une performance ahurissante dans un décathlon. Il a aussi fusé en 10''23 sur 100 m. L'Américain dispute son premier décathlon depuis son titre mondial à Moscou en 2013.

ATS