Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le syndic de Lausanne Daniel Brélaz veut mettre en action un plan pour supprimer le scène ouverte de la drogue de la ville. Dans une interview au "Matin Dimanche", il assure que "les dealers auront disparu des rues lausannoises d'ici 2013, au plus tard 2014".

Confronté à l'exaspération des habitants face aux dealers, toxicomanes et autres délinquants qui se multiplient au centre-ville, Daniel Brélaz dit "comprendre leur colère". Mais il réfute l'accusation selon laquelle les autorités les laissent en plan.

"La sécurité est une priorité", affirme le syndic. "Nous avons déjà fait des actions coup-de-poing, mais elles ne résolvent pas le problème sur le long terme". Un plan est actuellement en cours d'élaboration, en collaboration avec le canton et impliquant "différents acteurs".

Un plan et des problèmes

Ce plan part du constat que "si nous chassons la scène de la drogue d'un quartier, elle se déplace dans un autre. Une situation qui ne changera pas tant que nous n'aurons pas de solution au problème de la toxicomanie, à savoir un lieu d'accueil".

"L'idée est donc, dans un premier temps, de créer une structure d'accueil pour les toxicomanes", qui ne sera "ni un local d'injection ni un bistrot social".

Le deuxième volet de ce plan est la lutte contre les dealers, mais elle se heurte à des problèmes comme le manque de places dans les prisons et pénitenciers du canton.

Canton critiqué

Et de critiquer au passage le canton, "qui n'a pas fait sa part jusqu'à maintenant [...] et doit augmenter les places dans les pénitenciers" et la Confédération, qui "a aussi son rôle à jouer (notamment) au niveau du Code pénal, devenu beaucoup trop laxiste.

Notre Code est un des plus gentils d'Europe, et tout le monde le sait", selon Daniel Brélaz qui demande de "durcir les peines contre le trafic et la petite criminalité", y compris à l'égard des demandeurs d'asile délinquants.

Le syndic de Lausanne n'en pense pas moins que "dès l'entrée en vigueur de notre plan, les dealers auront disparu des rues lausannoises d'ici 2013, au plus tard 2014".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS