Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des milliers de responsables du régime, de militaires et de civils se sont rassemblés pour assister au feu d'artifice tiré dans le ciel de Pyongyang pour célébrer leur lancement réussi d'un missile balistique intercontinental.

KEYSTONE/AP/JON CHOL JIN

(sda-ats)

Le ciel de Pyongyang a été embrasé jeudi soir par un gigantesque feu d'artifice. Des habitants ont dansé dans la capitale nord-coréenne pour célébrer le tir historique d'un missile intercontinental.

Des milliers de responsables du régime, de militaires et de civils se sont rassemblés pour assister au feu d'artifice tiré autour de la Tour du Juche, qui culmine à 170 mètres de haut. "Nous célébrons avec enthousiasme le lancement réussi du missile balistique intercontinental, plus grande réalisation de l'histoire de notre république", pouvait-on lire sur une banderole suspendue sur la place Kim Il-Sung.

Parmi les personnalités présentes figuraient Kim Yong-Nam, le chef de l'Etat de la Corée du Nord dont la fonction est largement honorifique, ou encore le haut général Hwang Pyong-So, rapporte l'agence officielle nord-coréenne KCNA. Des orateurs "ont chaleureusement félicité les scientifiques de la défense nationale pour avoir frappé les impérialistes américains au visage", poursuit l'agence.

Si "les impérialistes américains commettent la plus petite provocation militaire" contre le Nord, ont annoncé ces orateurs selon KCNA, l'armée "montrera au monde comment le territoire des Etats-Unis sera réduit en cendres".

Réponse "sévère"

Jeudi, le président américain Donald Trump a promis à la Corée du Nord une réponse "sévère" après son tir d'un missile balistique intercontinental, alors que se multiplient les appels à de nouvelles sanctions contre Pyongyang.

La Russie a cependant bloqué le même jour le projet de déclaration que les Etats-Unis faisaient circuler pour le soumettre aux 15 pays membres du Conseil de sécurité. Refusant de parler de "blocage", la représentation russe aux Nations unies a tenu à préciser qu'elle avait simplement suggéré aux Etats-Unis "qu'ils y apportent les modifications appropriées". Moscou estime en effet que le missile tiré n'était pas intercontinental mais de moyenne portée.

Accélération

Depuis l'arrivée au pouvoir de Kim Jong-Un fin 2011, la Corée du Nord a considérablement accéléré le développement de ses programmes nucléaire et balistique. Tous les deux sont pourtant interdits par la communauté internationale.

Et mardi, jour de l'indépendance américaine, elle a tiré un missile Hwasong-14 dont les experts pensent qu'il pourrait avoir une portée de 8000 km et être par conséquent en mesure d'atteindre l'Alaska ou Hawaï. Cet indéniable succès technologique rapproche Pyongyang de la réalisation de son objectif, qui est d'être en mesure de menacer le territoire continental américain du feu nucléaire.

Kim Jong-Un a affirmé mardi que le tir d'un ICBM un 4 juillet, jour de la fête nationale américaine, était un "cadeau" aux "salauds d'Américains".

ATS