Toute l'actu en bref

En 2016, la gendarmerie a procédé à davantage de contrôles de vitesse avec un radar mobile qu'en 2015 sur les routes vaudoises. Reste que le nombre d'automobilistes dénoncés est en baisse (photo symbolique).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Le nombre d'accidents sur les routes vaudoises en 2016 a été supérieur de 9,4% à celui de 2015. Mais les autorités relativisent cette hausse: au vu de l'augmentation du parc automobile et du nombre de conducteurs, elles préfèrent parler d'une situation "stable".

L'an dernier, 20 personnes ont perdu la vie sur les routes vaudoises. C'est une de plus qu'en 2015 mais 36 de moins qu'en 2004. Si la conseillère d'Etat Béatrice Métraux, en charge des institutions et de la sécurité, a salué jeudi au Mont-sur-Lausanne cette tendance à la baisse ces dernières années, elle a aussi estimé "qu'une victime de la route est toujours une victime de trop".

A ses yeux, cette "stabilité" s'explique par plusieurs facteurs. Notamment les améliorations en matière de sécurité passive et active des véhicules ainsi que les campagnes de prévention.

Inattention

Parmi les principales causes d'accident: l'inattention ou la distraction (15%), l'alcool (11%), la vitesse (11%) et le non-respect des distances de sécurité (9%).

En 2016, la gendarmerie a par ailleurs procédé à davantage de contrôles de vitesse par le biais de radars mobiles. On en dénombrait 2814 en 2016 contre 2158 en 2015. La plupart dans des localités et à la demande des autorités de ces dernières.

ATS

 Toute l'actu en bref