Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les nouvelles mesures de Via sicura ont engendré une forte augmentation du nombre de rertraits de permis à titre préventif en Valais (archives).

KEYSTONE/OLIVIER MAIRE

(sda-ats)

Les nouvelles mesures préconisées par "Via sicura" ont entraîné une forte hausse du nombre de retraits de permis à titre préventif en Valais. Mais il s'agit d'une vraie mesure préventive, selon Oskar Freysinger.

Contrôler l'aptitude à conduire d'une personne dont le taux d'alcool dans le sang dépasse 1,6 pourmille c'est de la prévention, a estimé le chef du département valaisan de la sécurité. L'expertise médicale pourra dire si le conducteur est alcoolique, auquel cas le retrait de permis sera confirmé, a expliqué M. Freysinger mardi lors de la présentation des statistiques de la circulation routière.

Les nouvelles mesures ont été introduites en 2014 et les effets ont été immédiats. En 2013, 193 permis avaient été retirés à titre préventif. Leur nombre est passé à 377 en 2014 et à 591 en 2015. Plus de la moitié des retraits préventifs est due à l'alcool, un quart à la drogue.

Retombées à vérifier

Un taux d'alcool supérieur à 1,6 pourmille est à l'origine de 330 retraits préventifs de permis de conduire. Dans 212 cas, l'expertise a déterminé que le conducteur n'était pas alcoolique. Il est alors sanctionné selon l'infraction commise, a précisé le chef du service de la circulation Pierre-Joseph Udry.

En cas d'alcoolisme avéré, le retrait de permis est confirmé. Le conducteur ne pourra le récupérer au mieux qu'après une année s'il peut prouver qu'il est demeuré sobre durant ce temps. Il en va de même pour des conducteurs qui auraient consommé des drogues. Sur les 138 permis retirés préventivement l'an dernier pour ce motif, 55 conducteurs ont été jugés toxicomanes et donc inaptes à conduire.

Mais globalement, il n'est pas encore possible de constater les retombées des mesures Via sicura. La seule certitude est que le nombre d'accidents n'augmente pas. Mais il faudra attendre quelques années pour voir les effets des mesures, estime M. Udry.

ATS