Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La longue période sèche de cet été n'a pas empêché l'année hydrologique 2014/2015, qui s'est terminée mercredi, d'atteindre la moyenne sur le versant nord des Alpes. Le versant sud, en revanche, a vu tomber davantage de pluie.

A Locarno, le volume des précipitations enregistrées a dépassé de 35% la moyenne de ces dernières années, a communiqué SRF Meteo mercredi. L'année hydrologique se rapproche ainsi des années précédentes.

A l'Est, l'humidité a dépassé les moyennes des années précédentes, contrairement à l'Ouest où il a fait un peu plus sec. La pluie a cependant été répartie de manière très variable sur l'année hydrologique.

L'été a été extrêmement sec et l'hiver est resté trop sec dans de nombreuses régions. Les précipitations sont tombées surtout au printemps. Le 1er mai, les quantités de pluies ont atteint un record depuis que ce type de données sont récoltées, écrit SRF Meteo. Les abondantes précipitations du début du mois de mai ont entraîné de nombreuses crues.

Les hydrologues calculent d'automne en automne

En Suisse, l'année hydrologique commence le 1er octobre et se termine le 30 septembre. Ce rythme permet de garder un bilan hydrique équilibré: les précipitations qui tombent entre octobre et décembre restent généralement sous forme de neige et fondent au cours du printemps de l'année suivante.

L'année hydrologique n'est pas définie de cette manière dans tous les pays. En Allemagne, elle débute le 1er novembre et termine le 31 octobre. Le niveau du littoral est plus bas, la neige tombe plus tard, c'est pourquoi l'équilibre est atteint début novembre.

ATS