Navigation

De 10 à 20 ans de prison au Cameroun pour 14 membres de Boko Haram

Ce contenu a été publié le 26 juillet 2014 - 03:05
(Keystone-ATS)

Quatorze islamistes du groupe armé nigérian Boko Haram ont été condamnés à des peines de prison ferme allant de 10 à 20 ans par la justice militaire camerounaise. Les accusés ont reconnu les faits pour lesquels ils étaient jugés: "détention et port illégal d'armes et de munitions de guerre, préparatifs dangereux et insurrection".

Au cours de "l'audience publique" qui s'est tenue jeudi au tribunal militaire de Maroua (nord), région frontalière où la secte nigériane est active, 14 personnes interpellées en mars lors de la découverte d'une cache d'armes "ont confessé leur appartenance à la secte Boko Haram", d'après la radio-télévision d'Etat camerounaise (Crtv).

Selon elle, les accusés ont reconnu les faits pour lesquels ils étaient jugés: "détention et port illégal d'armes et de munitions de guerre, préparatifs dangereux et insurrection". Chacun des 14 adeptes de la nébuleuse Boko Haram a été "condamné à des peines comprises entre 10 et 20 ans", ajoute la radio. Ce verdict est "sans appel", selon la Crtv.

C'est la première fois qu'une "audience publique" visant des membres de Boko Haram est organisée dans le pays, a précisé la radio-télévision.

De nombreux membres du groupe armé nigérian ont été arrêtés ces dernières semaines tout au nord du Cameroun, où cette secte multiplie des actions de harcèlement, défiant l'armée mobilisée pour la combattre: attaques de gendarmeries, enlèvements et meurtres.

Deux militaires camerounais ont ainsi été tués jeudi soir dans cette région au cours d'un affrontement avec des combattants de Boko Haram qui attaquaient Balgaram, un village frontalier.

Le Cameroun, comme d'autres pays de la région, a renforcé récemment sa lutte contre les islamistes nigérians, après l'indignation internationale qui avait suivi l'enlèvement de plus de 200 lycéennes nigérianes le 14 avril.

Les islamistes de Boko Haram ont longtemps considéré cette région frontalière comme un refuge, une zone propice aux enlèvements d'étrangers, mais aussi de transit et approvisionnement en armes et explosifs. Depuis 2009, les insurgés de Boko Haram mènent au Nigeria une sanglante insurrection qui a fait plus des milliers de morts (plus de 2000 depuis début 2014) et déborde sur les pays voisins.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.