Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Juan Martin Del Potro, opposé à Novak Djokovic en finale de l'US Open, 9 ans après s'y être offert son unique sacre en Grand Chelem aux dépens de Federer, va "tenter de créer encore la surprise".

Djokovic vient de "remporter Wimbledon, il sera favori dimanche. Mais quand j'ai joué contre Roger (Federer) il y a neuf ans, c'était aussi lui le favori. Je vais tenter de créer encore la surprise", a espéré Del Potro, qui a bénéficié de l'abandon du no 1 mondial et vainqueur sortant Rafael Nadal en demi-finale (7-6 (7/3), 6-2).

"J'ai vu qu'il souffrait beaucoup dans le deuxième set, je me suis juste dit de rester concentré sur mon jeu, de ne pas le regarder", a-t-il dit à propos de Nadal.

En 2009, à vingt ans à peine, le grand Argentin (1,98 m) avait renversé en cinq sets Federer, alors no 1 mondial et quintuple tenant du titre à New York (3-6 7-6 4-6 7-6 6-2).

Sa carrière a souffert ensuite de ses poignets récalcitrants, le droit d'abord, puis le gauche surtout, opéré trois fois entre mars 2014 et juin 2015. Quand il revient à la compétition en février 2016 après deux années blanches ou presque, l'ex-no 4 mondial est relégué au-delà de la 1000e place mondiale.

Nadal: "Ce n'était plus un match de tennis"

"J'ai eu un problème pendant mon match du troisième tour (contre Khachanov, ndlr). Après, ça allait un peu mieux. Mais dans le premier set, à 2-2, 15-0, j'ai senti une pointe. Après, j'ai continué en espérant que ça s'améliore au fil du match. Mais ça n'a pas été le cas", soulignait Rafael Nadal. "C'était trop difficile de continuer à jouer, je souffrais trop. Je ne pouvais pas courir, pas poser mes appuis, ni pousser au service. A la fin, ce n'était plus un match de tennis."

Nadal ne se voulait pas alarmiste: "Je ne crois pas que ce soit très grave. Je sais ce que j'ai, c'est toujours la même chose, une tendinite, mais c'est handicapant et ça m'empêche de jouer."

L'Espagnol est revenu sur son année. "Cette saison a été fantastique jusqu'à cet instant. Je n'ai perdu que quatre matches, dont deux sur abandon. Le côté négatif, c'est que c'était en quarts de finale (à l'Open d'Australie, contre Cilic, ndlr) et en demi-finale de Grand Chelem, à portée du titre. C'est frustrant. Pas de perdre, mais de ne pas être en mesure de se battre."

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS