Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Paléojura, le projet de valorisation du patrimoine paléontologique jurassien, entre dans une phase concrète. Le Parlement sera saisi d'une demande de crédit de 3,3 millions de francs pour permettre les premières réalisations et lancer de nouvelles études.

Ce crédit concerne les années 2012 et 2013, a expliqué vendredi le canton du Jura. L'objectif est une ouverture des infrastructures, notamment un Musée à Porrentruy et un parc paléontologique près de Courtedoux et de Chevenez, en 2018. A terme, la mise en place de ces équipements et accès nécessaires est estimée à 33 millions.

Ce parc paléontologique prévu en Haute-Ajoie donnerait accès à des sites riches en fossiles, dont des dalles de traces de dinosaures. Un réseau de sites satellites viendrait compléter cette visite en mettant en valeur par des panneaux didactiques des particularités en matière de paléontologie, géologie, botanique et archéologie.

Projet rassembleur

Le canton compte sur des apports publics et privés pour concrétiser ce concept. Le Gouvernement veut que Paléojura se positionne comme un projet rassembleur pour la région. Sur le périmètre du plateau de Courtedoux-Chevenez, 13'500 traces de dinosaures, 90 carapaces de tortues, trois squelettes de crocodiles ainsi que plus de 2000 restes de mammifères ont été découverts.

Les différentes animations qui ont déjà eu lieu autour des milliers de traces de dinosaures découvertes le long de la Transjurane (A16) en Ajoie ont suscité un vif intérêt auprès du public. Les autorités estiment que Paléojura constitue donc un projet emblématique sur le marché culturel, touristique et scientifique.

ATS