Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Suisse ne disputera pas la finale de la FedCup 2016. Viktorija Golubic/Martina Hingis se sont inclinées face aux Tchèques Lucie Hradecka/Karolina Pliskova dans le match décisif de la demi-finale.

Associées pour la première fois, la Zurichoise et la St-Galloise n'ont pas eu l'ombre d'une chance. Nettement dominées en puissance, elles ont été battues 6-2 6-2 par Hradecka/Pliskova, qui ont rapidement refroidi les ardeurs du bouillant public de la Messe de Lucerne pour offrir à leur équipe un septième succès consécutif dans un double décisif en FedCup.

Le duo suisse ne s'est procuré que trois balles de break dans ce double, à 2-3 15/40 dans le deuxième set puis dans le dernier jeu de la rencontre, sans parvenir à concrétiser. No 1 mondial de la spécialité, Martina Hingis n'a pas évolué au niveau qui lui a permis de remporter les trois derniers titres du Grand Chelem en compagnie de Sania Mirza. La St-Galloise, qui n'est pas parvenue à "tirer" Viktorija Golubic vers le haut, fut d'ailleurs la première à céder son service dans les deux sets: à 2-2 dans la première manche, puis dès l'entame de la seconde.

Il n'y a donc pas eu de "happy end" au conte de fées lucernois de Viktorija Golubic. Impressionnante tant sur le plan technique que mental dans ses deux simples remportés face à Karolina Pliskova (3-6 6-4 6-4) et Barbora Strycova (3-6 7-6 6-1), convaincante en avril 2015 en Pologne dans un double décisif remporté au côté de Timea Bacsinszky, elle n'a pas poursuivi sur sa lancée. Elle a manqué singulièrement de tranchant, notamment au filet.

Les deux défaites subies par Timea Bacsinszky en simple auront finalement causé la perte de l'équipe du capitaine Heinz Günthardt. "Je n'ai pas été à la hauteur ce week-end, point", a lâché la Vaudoise, à nouveau en larmes après le revers essuyé dimanche en début d'après-midi face à Karolina Pliskova (6-4 6-2). "Je peux être fière de la réaction qui fut la mienne après mon effondrement de la veille (réd: défaite 6-0 6-2 face à Barbora Strycova). Mais je suis extrêmement déçue", a-t-elle souligné.

Estime-t-elle finalement que le fait de s'être retrouvée no 1 de l'équipe en l'absence de Belinda Bencic l'a mise encore plus sous pression? "L'an passé lors du barrage joué en Pologne, cela s'était très bien passé pour moi en son absence", a rappelé Timea Bacsinszky, qui avait glané trois points à Zielona Gora en avril 2015.

"On peut dire +si Belinda avait été là, si on comptait une autre joueuse dans le top 20+. Mais avec des si, on mettrait Paris en bouteille", a poursuivi la Vaudoise. "Je ne m'attendais pas à ce que le fait d'évoluer à nouveau en Suisse ait autant d'impact émotionnel pour moi. Dommage qu'il n'y ait pas un troisième jour de compétition", a-t-elle glissé.

N'empêche que l'absence de Belinda Bencic s'est fait cruellement ressentir ce week-end. La St-Galloise n'a certes gagné qu'un seul des sept matches qu'elle a disputés depuis sa qualification pour la finale à St-Pétersbourg, synonyme d'accession au top 10. Mais ce bilan démontre avant tout que Belinda Bencic ne sait pas (encore) gérer son calendrier.

Belinda Bencic ne se serait peut-être pas blessée au dos si elle avait su prendre du repos après un 1er tour de FedCup où elle avait brillé de mille feux, et n'aurait peut-être pas aggravé cette blessure si elle avait su renoncer au tournoi de Charleston la semaine dernière. Mais avec des si...

Sacrée en 2011, 2012, 2014 et 2015, la République tchèque disputera ainsi sa cinquième finale en six ans en France qui a battu les Pays-Bas 3-2. L'équipe de Suisse, qui rêvait de jouer une deuxième finale 18 ans après celle perdue par Martina Hingis et Patty Schnyder face à l'Espagne, doit elle prendre son mal en patience.

ATS