Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le service militaire obligatoire devrait s'appliquer aussi aux femmes, selon Denis Froidevaux, président de la Société suisse des officiers (SSO). Interrogé par la "Neue Zürcher Zeitung", le brigadier soutient une extension de la conscription afin, dit-il, que les meilleurs éléments puissent être fournis à la nation.

"Dans dix ou vingt ans, le plus gros souci de l'armée sera de s'assurer de la qualité de ses cadres", assure M. Froidevaux dans les colonnes du quotidien alémanique. Or "un service militaire obligatoire pour les femmes élargit fortement le pool" des prétendants.

"Les femmes ont, au cours des dernières années, gagné du terrain en matière d'égalité des sexes", note le brigadier, ajoutant qu'elles "devraient donc aussi avoir les mêmes devoirs que les hommes". Il ne s'exprime pas sur l'égalité salariale entre les sexes, non encore atteinte et souvent avancée comme argument contre l'extension de la conscription obligatoire aux femmes.

Denis Froidevaux estime le modèle norvégien "intéressant". Le pays scandinave a élargi à l'automne dernier le service militaire obligatoire aux femmes, tant pour avoir plus de Norvégiennes dans les rangs de l'armée que pour jouir de davantage de possibilités lors de la sélection des cadres.

Au moins 30% de femmes

Le brigadier se dit convaincu que "l'armée de milice actuelle" pourrait intégrer sans problème les Suissesses. "Ceux qui ne comprennent pas dans quelle mesure les femmes apporteraient un plus à l'armée vivent sur Mars", martèle-t-il. Pour preuve, là où certaines d'entre elles accomplissent leur service aujourd'hui, on observe "une dynamique toute autre, positive".

"Afin de profiter des avantages de ce mélange des sexes, la part des effectifs féminins devrait être d'au moins 30% du total", suggère Denis Froidevaux.

Le peuple a rejeté à l'automne 2013 l'abrogation du service militaire obligatoire. . L'initiative populaire du Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) avait alors été balayée par 73,2% des voix. Des plans pour une réforme du système de conscription sont en cours de discussion au Département de la défense (DDPS).

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS