Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Village du monde qui fête ses quinze ans accueille l'Europe du Sud durant cette 43e édition du Paléo.

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

Il y a quinze ans, le Paléo accueillait un petit nouveau: le Village du monde. Chaque année, cet espace plonge le festivalier dans une culture différente. Avec décor, nourriture et musiques, modernes ou traditionnelles.

Surplombant la Plaine de l'Asse, des arcades de neuf mètres de haut attirent le regard. Polent'amo, Pizza Garden, Bifad'Oro, Paella de la yaya: les noms des stands de nourriture donnent le ton. Bienvenue au Village du monde, bienvenue en Europe du Sud, au Portugal, en Espagne, Italie, Grèce et dans le sud de la France.

Le décor est posé: ces arcades en bois clair évoquent le Colisée romain, les aqueducs ou encore les passages couverts des villes méditerranéennes. Ensemble, elles forment une sorte de place publique, de terrasse, avec des fontaines et de la végétation du sud, explique Amaryllis Blanchard, responsable du Village du monde.

Un festival dans le festival

Au fil des ans, le Village du monde est devenu un véritable festival dans le festival. "C'est exactement ça", acquiesce Mme Blanchard. "Il y a même une porte d'entrée et il pourrait fonctionner de manière autonome ailleurs". Un tel espace dédié aux musiques du monde est plutôt rare dans les grands festivals généralistes.

L'idée est née en 2002 dans la tête de Daniel Rossellat, le patron du Paléo, alors qu'il dirigeait les events de l'Exposition nationale Expo.02. A Yverdon-les-Bains (VD), un bar, le Mondial, associe découverte des musiques, des sociétés et des gastronomies d'un pays.

Visibilité

L'idée de cette immersion est reprise dès 2003 au festival. "La première année est consacrée à l'Afrique. La perspective est aussi sociale. Il s'agit de donner une visibilité à des artistes qu'on n'aurait peut-être pas vu sinon, même si les musiques du monde ont toujours eu une place au Paléo", explique Amaryllis Blanchard.

Pour les musiciens, c'est parfois leur premier voyage à l'étranger. "Je me souviens d'artistes issus d'un township sud-africain qui sortaient pour la première fois de leurs frontières", se souvient Mme Blanchard. Mais le village accueille aussi des artistes renommés comme cette année, Ana Moura, star du fado au Portugal.

Renouvellement à l'étude

Au départ, les thématiques sont liées à un continent, puis à une région plus restreinte, comme les Celtes en 2016. Désormais, la question du renouvellement se pose. "Soit nous aborderons les mêmes zones, différemment. Soit nous chercherons de nouvelles thématiques, mois géographiques, comme les pays qui parlent portugais par exemple. Rien n'est encore décidé", avance la responsable.

La formule a trouvé son public, même si les organisateurs ne disposent pas de chiffres précis. "A l'oeil, on voit depuis quelques années que le public est plus multi-générationnel. Les jeunes ont compris que c'était un lieu de découvertes. Et le chiffre d'affaires des bars et restaurants de cette zone est en constante augmentation", conclut Amaryllis Blanchard.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS