Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les hommages se sont succédés près de la dépouille de Papa Wemba, pendant trois jours de funérailles à Kinshasa. (archives)

KEYSTONE/EPA/HABIBOU BANGRE

(sda-ats)

Des milliers de Congolais ont rendu mercredi matin un dernier hommage à leur idole, le chanteur Papa Wemba, lors d'une messe en la cathédrale de Kinshasa. Son inhumation est prévue dans l'après-midi dans la périphérie de la capitale.

"Depuis trois jours, comme un seul homme, le peuple congolais", l'Afrique et le monde "pleurent celui qu'il est convenu d'appeler le père de la rumba congolaise", a déclaré lors de cette messe l'archevêque de Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo, saluant également "les mérites" d'un "vaillant musicien".

Six évêques, une soixantaine de prêtres, des membres de la famille de Papa Wemba, des officiels, célébrités et anonymes, étaient présents en la cathédrale Notre-Dame du Congo pour cette messe à la mémoire du chanteur.

Avant la célébration, le cardinal Monsengwo, accompagné du président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) Mgr Nicolas Djomo et d'autres évêques, se sont inclinés quelques minutes devant la dépouille du "roi de la rumba congolaise", devant sa veuve en pleurs.

Trois jours de funérailles

Dès l'aube mercredi, des milliers de personnes se sont rassemblées aux abords de la cathédrale pour assister au passage de la dépouille du chanteur. Nombre de fans n'ont pas pu accéder à l'intérieur de la cathédrale déjà bondée.

La dépouille du roi de la rumba congolaise avait été exposée lundi et mardi au Palais du peuple, siège du Parlement où les travaux avaient été suspendus temporairement.

Dès lundi, après le rapatriement du corps d'Abidjan, le chanteur a été décoré de la plus prestigieuse décoration en RDC par le président congolais Joseph Kabila. Durant ces trois jours de funérailles officielles, les hommages se sont succédés.

Né il y a 66 ans dans le centre de la République démocratique du Congo, le chanteur s'est effondré en plein concert en Côte d'Ivoire où il participait au Festival des musiques urbaines d'Anoumabo (Femua), un quartier populaire d'Abidjan.

ATS