Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au moins dix-huit personnes ont été tuées lors d'affrontements entre voleurs de zébus et forces de l'ordre ce week-end dans le sud-est de Madagascar. Un gendarme figure parmi les victimes.

"Dans la matinée de dimanche, des centaines de dahalos (voleurs de zébus) ont attaqué le village de Miangaly, dans la commune d'Ivahona, s'emparant de 2800 têtes de bétail", a déclaré à l'AFP le commandant Herilalatiana Andrianarisaona, responsable de la communication à la gendarmerie.

La gendarmerie et l'armée, appuyées par un hélicoptère, sont intervenues pour tenter de repousser les assaillants.

"Pendant le ratissage, un dahalo a tiré à bout portant sur les forces de l'ordre", a poursuivi le commandant Andrianarisaona. Au cours de ces accrochages, un militaire et un commandant de gendarmerie ont été blessés, ce dernier succombant à ses blessures lors de son évacuation par hélicoptère, selon la gendarmerie.

"Officiellement, après décompte du nombre de morts, on a 14 morts du côté des dahalos, trois parmi les villageois et un officier gendarme", a détaillé le commandant Andrianarisaona. Aucune personne n'a été arrêtée, mais les 2800 bêtes ont été restituées à leurs propriétaires, selon la même source.

Le vol de zébus, à l'origine un moyen pour les jeunes gens de prouver leur virilité, a pris la dimension d'un trafic depuis 2012 dans le sud de la Grande Ile.

Ces dernières années, plusieurs dizaines de personnes sont décédées dans des affrontements entre les forces de l'ordre et les dahalos, conduits par l'insaisissable bandit Remenabila, devenu ennemi public numéro un à Madagascar qui se terre avec ses hommes dans les zones inaccessibles du sud de Madagascar.

En septembre 2012, un affrontement entre villageois et dahalos avait fait près de 100 tués et 23 personnes dont huit militaires avaient été tuées fin août dernier dans des circonstances similaires.

ATS