Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Ville de Bienne a été vendredi le théâtre d'une performance artistique un peu particulière: le festival de la nudité. Des troupes et des personnes seules se sont produites dans le plus simple appareil dans les zones piétonnes de la cité bilingue.

Vendredi, 13h30 sur la Place centrale, au coeur de Bienne, un homme esquisse des mouvements dans la tenue d'Adam sous le regard de dizaines de spectateurs et de caméras de télévision. Nombreux sont ceux qui immortalisent cette scène avec leur téléphone portable. L'artiste ne semble lui pas concerné par cet attroupement.

D'autres prestations se déroulent dans des rues piétonnes dans le cadre de la performance de nudité urbaine "Body and Freedom". Les artistes se produiront également samedi de 11h00 à 17h00. La population est informée par des affiches placées en bordure de la zone autorisée du festival.

Pour Thomas Zollinger, l'organisateur de la manifestation, c'est la première fois au niveau mondial qu'un festival de performances thématise exclusivement le sujet de la nudité dans l'espace urbain. Il aura fallu cinq ans de dialogue, parfois conflictuel, avec les autorités pour concrétiser ce projet, relève Thomas Zolliger sur son site Internet.

Pas de contestation

Cette manifestation, qui suscite sourire gêné ou indifférence, plus rarement enthousiasme, a été autorisée par la police. Le règlement communal autorise la nudité dépourvue de caractère sexuel. Le service de la culture de la Ville s'est impliqué avec une garantie de déficit à hauteur de 10'000 francs.

Cette performance n'a pour le moment pas suscité de véritable opposition. Des références à la Bible et à Jésus ont été collées sur certaines des affiches annonçant la manifestation. L'UDC locale a dénoncé un projet exhibitionniste et critiqué le soutien de la Ville sous la forme de cette garantie au déficit.

ATS