Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le cardinal George Pell devra répondre des accusations d'agressions sexuelles encore en juillet (archives)

KEYSTONE/AP/ANDREW MEDICHINI

(sda-ats)

Des Australiens ont créé un fonds pour aider le cardinal George Pell, numéro 3 du Vatican convoqué par la justice pour des soupçons d'agressions sexuelles, à payer les frais de sa défense, selon un quotidien. Le pape lui a accordé un congé pour assurer sa défense.

John Roskam, directeur de l'Institute for Public Affairs (IPA), un think tank conservateur australien, a déclaré que des personnes qui soutiennent le cardinal Pell avaient ouvert un compte bancaire pour recevoir des dons qui serviront à rétribuer l'équipe de défenseurs du prélat.

"Il y a de nombreuses personnes qui veulent soutenir le cardinal et lui donner la possibilité de se disculper", déclare M. Roskam dans l'édition de dimanche du Herald Sun, un quotidien de Melbourne.

L'archidiocèse de Sydney avait annoncé la semaine dernière qu'il aiderait le cardinal à se loger lorsqu'il viendrait en Australie pour répondre aux accusations, mais qu'il n'assurerait pas les frais liés à sa défense.

Soutien de l'Eglise australienne

George Pell, un Australien de 76 ans qui est le responsable des finances du Vatican, a été convoqué par la justice pour être entendu en juillet devant un tribunal de Melbourne.

L'ecclésiastique a gravi tous les échelons de l'Eglise catholique australienne avant d'être choisi en 2014 par le pape pour mettre davantage de transparence dans les finances du Vatican, devenant ministre de l'économie du Saint-Siège.

La police australienne a annoncé l'avoir inculpé pour "des délits d'agressions sexuelles anciennes", sans aucune précision sur les faits supposés ni l'âge des victimes présumées.

Depuis l'annonce de la convocation du cardinal, la hiérarchie de l'Eglise catholique australienne lui a apporté son entier soutien, le qualifiant d'"homme totalement honnête".

Le cardinal a déclaré qu'il était victime d'une campagne d'"assassinat moral sans merci". Il a assuré qu'il montrerait l'inanité des accusations et irait reprendre ses fonctions à Rome.

ATS