Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les badges à l'effigie de Kim Jong-Il (sur la photo) ont été découverts peu après que l'armée eut annoncé avoir retrouvé des sacs remplis de tracts de propagande nord-coréenne dans le fleuve Han qui traverse la capitale, Séoul (archive).

KEYSTONE/AP/DAVID GUTTENFELDER

(sda-ats)

La police sud-coréenne a ouvert une enquête jeudi après la découverte de 200 badges à l'effigie de l'ancien dirigeant nord-coréen Kim Jong-Il. Ils se trouvaient dans un hôtel voisin du principal aéroport du pays, a rapporté l'agence sud-coréenne Yonhap.

Les badges étaient éparpillés sur un parterre de fleurs du Grand Hyatt, près de l'aéroport international d'Incheon (ouest). Ils ont été découverts peu après que l'armée eut annoncé avoir retrouvé des sacs remplis de tracts de propagande nord-coréenne dans le fleuve Han qui traverse la capitale, Séoul.

Ces tracts contenaient des messages menaçant Séoul d'attaques au missile, en plus des textes de propagande habituels, a déclaré le ministère de la Défense. La police a ouvert une enquête conjointe avec le Service national du renseignement (NIS).

Tous les Nord-Coréens adultes doivent porter un badge arborant le portrait du fondateur du régime nord-coréen Kim Il-Sung ou de son fils, Kim Jong-Il, voire des deux, en témoignage de fidélité. En Corée du Sud, le fait de porter, ou même d'être en possession de tels badges, est illégal, car chanter les louanges de la Corée du Nord en public est passible d'une peine allant jusqu'à 7 ans de prison.

Fortes tensions

Depuis le quatrième essai nucléaire nord-coréen du 6 janvier, les tensions sont fortes dans la péninsule. Pyongyang a mené mardi trois tirs d'essai de missiles - deux Scud et un Rodong à portée intermédiaire -, en violation des résolutions de l'ONU. Celles-ci lui interdisent tout programme nucléaire et balistique.

Le Nord a affirmé que ces derniers essais avaient testé des systèmes de détonation en vue d'éventuelles frappes nucléaires sur des cibles américaines en Corée du Sud. Ils auraient été supervisés en personne par son dirigeant Kim Jong-Un.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS