Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une dizaine de personnes, dont un caméraman et quatre gendarmes, ont été blessées samedi à Bucarest lors d'une manifestation contre le président roumain Traian Basescu, ont indiqué les médias locaux. Les manifestants le jugent responsable d'une baisse du niveau de vie.

Des échauffourées ont éclaté en fin de journée sur la place de l'Université où plusieurs centaines de manifestants étaient réunis. Scandant "Démission" et "N'ayez pas peur, Basescu va chuter", ils ont à plusieurs reprises réussi à bloquer le trafic avant d'être repoussés par les forces de l'ordre.

Les protestataires s'étaient rassemblés en milieu d'après-midi au centre de Bucarest et avaient manifesté dans le calme pendant plusieurs heures. A la tombée de la nuit, une partie d'entre eux s'étaient dirigés vers le palais présidentiel, brisant le dispositif policier.

Un caméraman de la chaîne privée de télévision Antena 3 et quatre gendarmes ont été blessés à la tête par des jets de pierres. Plusieurs manifestants ont pour leur part reçu des soins, l'un d'entre eux au moins ayant été frappé par les forces de l'ordre, selon une porte-parole du service des urgences.

Vingt-neuf personnes, "parmi les plus violentes", ont été interpellées et conduites au commissariat de police où elles seront sanctionnées, a indiqué le porte-parole de la gendarmerie roumaine Florin Hulea.

Les manifestants avaient été mobilisés notamment via internet et les réseaux sociaux afin d'exprimer leur solidarité avec le fondateur des services d'urgence, le médecin Raed Arafat, contraint à la démission en début de semaine à la suite d'un différend avec M. Basescu sur un projet controversé de réforme de la santé.

Mais alors que ce projet a été retiré du débat public vendredi, à la demande du chef de l'Etat, les participants à ce mouvement ont renoncé à leurs slogans de soutien à M. Arafat, pour appeler le président et le gouvernement à démissionner.

ATS