Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les frappes aériennes menées par la coalition antidjihadiste pour libérer Raqa de l'emprise du groupe Etat islamique ont laissé la ville syrienne "en ruines" (archives).

KEYSTONE/AP/HUSSEIN MALLA

(sda-ats)

Les frappes aériennes menées par la coalition antidjihadiste pour libérer Raqa de l'emprise du groupe Etat islamique ont tué des centaines de civils et blessé des milliers d'autres, a dénoncé Amnesty international mardi. Elles ont laissé la ville syrienne "en ruines".

L'ONG a enquêté à Raqa (nord de la Syrie) où la coalition internationale conduite par les Etats-unis a mené une opération du 6 juin au 17 octobre 2017 pour chasser les djihadistes qui s'y étaient installés trois ans plus tôt. Des chercheurs d'Amnesty se sont rendus dans 42 sites touchés par des frappes aériennes de la coalition.

Ils y ont interrogé 112 habitants qui ont perdu au total 90 proches ou voisins dans les bombardements aériens -39 d'une seule et même famille - "presque tous tués par des frappes aériennes de la coalition", selon Amnesty. Selon l'ONG, la coalition s'est rendue coupable à Raqa de "violations du droit humanitaire international".

"Aucune enquête sur ces incidents"

"Quand tant de civils sont tués attaque après attaque, clairement, quelque chose ne va pas, et pour aggraver cette tragédie, des mois plus tard, il n'y a eu aucune enquête sur ces incidents. Les victimes méritent la justice", a déclaré Donatella Rovera, conseillère chargée des crises pour Amnesty International, citée dans ce rapport.

La brutalité de l'organisation Etat islamique, qui avait semé la terreur et multiplié les exactions à Raqa, "ne libère pas la coalition de ses obligations de prendre toutes les précautions possibles pour minimiser les dommages causés aux civils", a souligné Mme Rovera. Elle a pointé du doigt "l'utilisation répétée par la coalition menée par les Etats-Unis d'armes explosives dans des zones peuplées où ils savaient que des civils étaient pris au piège".

Interrogé par l'agence de presse britannique Press Association, le porte-parole de la coalition internationale, le colonel Sean Ryan, a souligné les "efforts rigoureux" de la coalition et les "renseignements recueillis avant chaque frappe pour détruire efficacement l'EI tout en minimisant les dommages sur la population civile".

Il a affirmé que les conclusions du rapport selon lesquelles les frappes étaient "disproportionnées" ou "aveugles" étaient "plus ou moins hypothétiques". Il a souligné que toute "mort ou blessure d'une personne non combattante constitue une tragédie".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS