Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des numéros de cartes de crédit et des adresses privées: des données de centaines de Suisses figurent parmi celles piratées à l'entreprise américaine Stratfor. Des collaborateurs de départements fédéraux, de banques suisses et de multinationales sont concernés.

La radio alémanique DRS a donné cette information mardi soir sur la base d'un fichier de plusieurs milliers de pages. L'ats a pu y avoir partiellement accès.

Selon la DRS, ce document réunit des numéros de cartes de crédit, de téléphone, des mots de passe et des adresses privées. Durant l'émission, il a été expliqué qu'un tiers environ de ces données -dont les numéros de cartes de crédit- sont toujours actuelles et valables.

Les informations en question concernent des cadres de l'UBS, des collaborateurs de banques privées telles que Julius Bär ou des employés de multinationales telles que Nestlé ou ABB.

Postes à responsabilités

Parmi d'autres personnes touchées par ce piratage informatique figurent des cadres de départements fédéraux, dont celui de la défense ou des affaires étrangères. La liste comprend également des médias alémaniques, dont la rédaction étrangère de la "Neue Zürcher Zeitung", du "Blick", de la télévision publique alémanique SF ou de la radio DRS.

Le document contient principalement des données de personnes occupant des postes à responsabilités, par exemple des employés d'ambassades helvétiques ou des cadres de l'armée suisse.

Cartes bloquées

Interrogé par l'ats, le porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), Stefan von Below, a expliqué que quelques collaborateurs ont ponctuellement pris contact avec le cabinet privé américain de renseignement Stratfor. Et cela pour obtenir des informations.

Les collaborateurs du DFAE concernés par ce piratage de données vont être avertis aussi rapidement que possible et les cartes de crédit qu'ils utilisent dans le cadre de leur travail seront bloquées. La porte-parole du Département de la défense Silvia Steidle a confirmé que des collaborateurs de ce département ont aussi été victimes de ce piratage.

ATS