Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des critiques cinéma oeuvrant pour des médias internationaux ont discuté mardi des films suisses présentés au Festival de Locarno. "Heimatland", seul long métrage helvétique à concourir dans la compétition principale, ne fait pas partie de leurs préférés.

Les histoires des dix jeunes réalisateurs ont certes été montées de façon cohérente, ont-ils apprécié, ce qui n'était pas gagné d'avance. Et l'idée de départ - les conséquences d'une catastrophe climatique sur les Suisses - est intéressante. Mais l'oeuvre n'est pas aboutie, selon les critiques Boyd van Hoeij, du Hollywood Reporter, et Peter Debruge, de Variety.

Le film "Vanité", du Vaudois Lionel Baier, a lui été accueilli avec beaucoup d'enthousiasme. "Un peu conventionnel" néanmoins pour Anne Thompson, d'Indiewire, malgré la présence de grands comédiens comme Carmen Maura, devenue célèbre à travers les films de Pedro Almodovar.

"Als die Sonne vom Himmel fiel", d'Aya Domenig, a plu davantage aux trois spécialistes. Présentée dans la Semaine de la critique, cette histoire très personnelle, qui traite de la recherche des traces de la bombe atomique à Hiroshima, possède un fort potentiel international.

Mais le film préféré des critiques est le documentaire "Above and below", de Nicolas Steiner, qui montre des individus ayant choisi de vivre sous ou au-dessus de la surface terrestre. "Une grande découverte", pour Anne Thompson, et "l'un des dix meilleurs films européens de l'année" d'après Peter Debruge, qui y voit un "chef-d'oeuvre du montage".

ATS