Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des centaines d'habitants de Mossoul-Ouest ont grimpé dimanche à bord de petites embarcations en bois pour échapper aux affrontements opposant les djihadistes aux forces irakiennes. Ici un soldat de l'armée faisant feu contre l'EI.

KEYSTONE/AP/MAYA ALLERUZZO

(sda-ats)

Des inondations ont rendu impraticables les deux ponts flottants construits sur le Tigre par l'armée irakienne. Ces derniers devaient permettre aux habitants de Mossoul-Ouest d'évacuer la partie de la ville encore contrôlée par le groupe Etat islamique (EI).

Des centaines de civils ont ainsi grimpé dimanche à bord de petites embarcations en bois pour échapper aux affrontements opposant les djihadistes aux forces irakiennes. Quelque 400'000 personnes sont toujours prises au piège dans Mossoul-Ouest, selon les autorités irakiennes.

Les ponts sur le Tigre ont été détruits par les combats mais l'armée a construit deux ponts flottants qui permettaient jusqu'ici aux habitants de trouver refuge dans Mossoul-Est, et à l'aide humanitaire d'atteindre un camp pour déplacés situé sur la rive occidentale du fleuve.

Depuis la fermeture des deux ouvrages vendredi, aucune aide n'est parvenue au camp Hammam al Alil, au sud-ouest de Mossoul, qui est le principal point d'arrivée des personnes déplacées par les affrontements. "Les crues ont de grosses conséquences. Toute la circulation routière s'est interrompue", a déclaré un responsable du camp, qui abrite environ 30'000 personnes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS