Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les débris d'une fusée russe Soyouz sont à l'origine de la traînée de lumière constatée lors du réveillon de Noël dans une partie du ciel européen, a indiqué dimanche l'Observatoire royal de Belgique. Elle avait immédiatement suscité curiosité et interrogations.

"La boule qui a été observée le 24 décembre vers 17h30 au-dessus de la Belgique, des Pays-Bas, de la France et de l'Allemagne, était la rentrée du dernier étage du lanceur Soyouz qui vient de transporter entre autres l'astronaute André Kuipers" vers l'ISS, la Station spatiale internationale, a affirmé dimanche l'observatoire belge.

Une boule de lumière, suivie d'une longue traînée et ne ressemblant pas à une étoile filante, a été aperçue samedi en fin de journée dans plusieurs parties de l'Allemagne, dans le sud de la Belgique et le nord de la France notamment.

Mystère levé dimanche

Des vidéos montrant cette étrange traînée se déplaçant pendant près de 30 secondes avant de disparaître ont été diffusées sur internet et le Centre d'exploration des OVNI de Mannheim, dans le sud-ouest de l'Allemagne, a été submergé d'appels téléphoniques. Certains experts ont d'abord estimé qu'il pourrait s'agir d'un météorite.

Le mystère a finalement été levé dimanche grâce à l'observatoire belge qui a lié les événements à la panne d'une fusée russe. Un lanceur Soyouz a en effet décollé mercredi du cosmodrome de Baïkonour, dans le Kazakhstan, vers l'ISS mais a subi une panne à son bord, qui a empêché la mise en orbite d'un satellite de communications militaires et civiles.

Ironie du sort

"Une panne a eu lieu au troisième étage de la fusée à la 421e seconde du vol", avait reconnu vendredi le ministère russe de la Défense. Résultat: outre la traînée lumineuse observée samedi dans le ciel européen, un fragment de ce satellite est retombé vendredi sur Terre, s'écrasant sur le toit d'une maison en Sibérie, selon les autorités russes.

Ironie du sort, le fragment de 50 centimètres de diamètre s'est écrasé sur le toit d'une maison située rue des cosmonautes, selon la police locale.

ATS