Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La justice française a été saisie des déclarations de patrimoine 2014 des députés européens d'extrême droite Jean-Marie et Marine Le Pen, a annoncé lundi l'organisme officiel français à l'origine de cette saisie. Ces déclarations seraient sous-évaluées.

"Il existe un doute sérieux quant à l'exhaustivité, l'exactitude et la sincérité de leurs déclarations, du fait de la sous-évaluation manifeste de certains actifs immobiliers détenus en commun par M. Jean-Marie Le Pen et Mme Marine Le Pen", précise dans un communiqué la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique.

Ces infractions sont passibles de 45'000 euros d'amende (48'700 francs), trois ans de prison et dix ans d'inéligibilité. Or Marine Le Pen est donnée par tous les sondages présente au second tour de la présidentielle de 2017.

L'organisme précise avoir recueilli les "observations respectives" des deux élus. Il souligne aussi dans son texte que ses doutes visent aussi "l'omission de biens mobiliers par M. Jean-Marie Le Pen".

Compte en Suisse

Il reproche notamment à Jean-Marie Le Pen d'avoir omis de déclarer un compte en Suisse et des lingots d'or qui avaient fait l'objet d'une note de signalement de la cellule antiblanchiment du ministère français de l'Economie (Tracfin) qui a déclenché en juin une enquête préliminaire.

Dans l'après-midi, Marine Le Pen a annoncé avoir déposé un recours devant le Conseil d'Etat contre la saisie de la justice concernant sa déclaration de patrimoine. La Haute Autorité s'est intéressée aux déclarations de patrimoine que Jean-Marie et Marine Le Pen étaient tenus de remplir en leur qualité de députés européens.

En application de l'article 40 du code de procédure pénale, elle "a jugé nécessaire de porter ces faits, susceptibles de constituer des infractions pénales, à la connaissance du procureur de la République financier et lui a transmis l'ensemble des deux dossiers", précise son communiqué.

Treize cas

La Haute Autorité reproche au cofondateur du parti Front national et à sa présidente d'avoir sous-évalué leurs actifs respectifs pour les deux-tiers de leur valeur.

A ce jour, treize dossiers ont été transmis à la justice par la Haute Autorité, chargée du contrôle des déclarations. Outre les Le Pen, il s'agit de l'ex-ministre de la Francophonie Yamina Benguigui, de neuf parlementaires et d'une élue locale du parti de droite Les Républicains, Isabelle Balkany.

Jusqu'à présent, un seul dossier a fait l'objet d'un jugement, en première instance, celui de Mme Benguigui, déclarée coupable pour des omissions dans ses déclarations de patrimoine et d'intérêts mais dispensée de peine.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS