Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Des défis globaux au 12e sommet Europe - Asie

Alain Berset a rencontré le Premier ministre russe Dmitri Medvedev.

KEYSTONE/PETER KLAUNZER

(sda-ats)

Au dernier jour du 12e sommet Europe - Asie, vendredi à Bruxelles, les chefs d'Etats et ministres de 53 pays ont évoqué les défis globaux. Alain Berset, qui représentait la Suisse, n'a pas eu l'occasion de s'entretenir avec Jean-Claude Juncker en marge de l'ASEM.

Il n'y a pas eu de réunion officielle entre M. Berset et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. La recherche d'un rendez-vous n'a pas abouti. S'exprimant lors d'un point de presse, M. Berset s'est montré convaincu qu'une rencontre aura bientôt lieu : "Nous sommes dans une phase importante au niveau technique". "Beaucoup a été accompli, mais il y a un moment où il faut faire le point sur l'évolution de la situation", a-t-il ajouté. "Les travaux se poursuivent", selon lui.

Mardi, après des discussions avec les négociateurs suisses, la Commission européenne avait annoncé qu'en raison d'une percée elle analysait la situation avec la Suisse. "Sur les points politiques importants, on n'a pas pu s'accorder", avait indiqué une porte-parole de la Commission. "Et c'est bien désormais sous l'angle politique que la Commission européenne va évaluer la suite à donner au dossier", avait-elle ajouté.

Berne et Bruxelles négocient depuis 2014 un accord-cadre institutionnel. Les principaux points d'achoppement portent sur l'entraide et, surtout, les mesures d'accompagnement visant à empêcher le dumping social et salarial.

On s'est alors demandé en Suisse si une réunion entre M. Berset et M. Juncker pourrait clarifier la situation lors du sommet de l'ASEM.

En marge de l'ASEM

Le président de la Confédération a par ailleurs dit apprécier le caractère informel de ce sommet, qui offre la possibilité aux Etats d'Europe et d'Asie d'échanger idées et expériences. Il constitue un cadre approprié dans lequel le multilatérialisme peut et doit être encouragé, a dit M. Berset selon le texte écrit de son discours.

"Ce sommet est aussi la réponse à un paradoxe de notre temps", a ajouté le Fribourgeois. Dans des conditions de protectionnisme croissant, des problèmes comme la protection du climat ou la sécurité ne peuvent être combattus que par la coopération entre Etats.

En marge du sommet, le M. Berset a rencontré à Bruxelles des représentants d’Etats et d’institutions participants, selon un communiqué du Département fédéral de l'intérieur (DFI). Il s’est par ailleurs entretenu avec le président du gouvernement espagnol Pedro Sánchez. "Il s’agissait de la première rencontre entre un membre du gouvernement suisse et le Premier ministre Sánchez, qui est en fonction depuis début juin", selon le DFI.

Il a également rencontré le Premier ministre russe Dmitri Medvedev. Tous deux ont évoqué l’évolution des relations bilatérales du point de vue politique et économique. Un journaliste à demandé à M. Berset si la question des espions russes au laboratoire de Spiez et à l'agence mondiale antidopage à Lausanne avait été abordée. La réponse du président de la Confédération est restée vague.

Enfin, il s’est entretenu avec le Premier ministre thaïlandais Prayut Chan-o-cha et avec des représentants des gouvernements du Bangladesh et du Myanmar.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.