Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au Pérou, les enfants peuvent donner leur point de vue sur les projets politiques qui les affectent et émettre des revendications.

Gilles D'Andrès, ats

(sda-ats)

Les enfants travailleurs organisés du Pérou utilisent divers moyens de pression sur les politiques. Quand ils ne s'expriment pas à travers les plateformes de discussion officielles avec les élus, ils n'hésitent pas à faire irruption sur leurs lieux de travail.

Affublés de leurs gilets bleus "Promoteurs de l'égalité", les chefs de file de la maison de Yerbateros, l'une des sections du Manthoc à Lima, déboulent dans les locaux de la municipalité de San Luis. "Nous venons pour la nourriture", lance Joël, 12 ans, en passant sans s'arrêter devant la réception. Les enfants s'assoient dans le hall principal, bien décidés à ne pas bouger avant d'obtenir leur dû.

Les différentes municipalités de Lima sont chargées de répartir des aides alimentaires publiques à destination des plus pauvres en les remettant à diverses organisations présentes sur leur territoire. Or cela fait des jours que les 60 kg de haricots rouges, quinoa, sucre, thon et huile, qui assurent les repas des enfants travailleurs locaux, n'ont pas été livrés comme prévu à la maison de Yerbateros.

Quand les adjoints du maire se manifestent, après quelques minutes, les deux adolescents les plus expérimentés au débat politique, Jhosselyn et Katarina, les interrogent sans déroger à la politesse. Les fonctionnaires en costume se confondent rapidement en excuses. "C'est aux enfants qu'il faut s'adresser, pas à moi", pointe Janeth, accompagnatrice adulte, quand l'un d'eux veut la prendre à partie.

Une fois dans la rue, les membres du Manthoc jubilent. Leur action a impressionné les élus, qui leur ont promis des livraisons plus rapides et une meilleure coopération. "Nous connaissons bien leurs doubles visages, ils ne respectent pas souvent ce qu'ils disent", nuance Jhosselyn, 16 ans. Mais en arrivant à la maison de Yerbateros, surprise: les vivres attendent devant la porte d'entrée.

Réunions avec les élus

Jhosselyn a derrière elle une expérience de deux ans dans un CONNA (Conseil d'enfants et adolescents), où elle s'est formée au débat politique. Ces plateformes locales ou régionales de participation politique proposent un échange entre d'une part des élus et, d'autre part, des comités d'élèves de l'école obligatoire, de mouvements d'enfants travailleurs et d'autres associations de jeunesse.

Les réunions des différentes CONNA du Pérou ont lieu environ une fois par mois. Lors de ces rencontres créées à l'initiative de l'Etat, les enfants donnent au maire et à ses collaborateurs leur point de vue sur les projets de la municipalité qui les affectent et émettent des revendications. Ils s'expriment aussi sur l'attribution d'une partie du budget de leur collectivité territoriale.

Le Manthoc est presque toujours représenté dans ces réunions. Ses délégués assistent aussi parfois aux entrevues ordinaires entre le maire et les conseillers municipaux, comme à des rencontres avec de hauts représentants de l'Etat: en 2016, les membres d'une CONNA de Lima ont travaillé avec le président péruvien Pedro Pablo Kuczynski dans le cadre d'une campagne contre la maltraitance infantile.

Engagement précoce

Dans la maison de Yerbateros et les lieux d'accueil des autres sections locales du Manthoc, les CONNA sont un sujet de discussion quotidien, même pour les enfants qui n'ont pas été élus délégués par leurs pairs. Pas besoin cependant d'accéder à cette plateforme pour pouvoir s'exprimer: même les plus jeunes votent déjà les remises de pétitions, "sittings" et autres initiatives de nature politique.

En cette fin de matinée, les enfants de la maison réunis dans la salle principale ont débattu du bien-fondé ou non d'adresser une lettre à la municipalité. Jusqu'à ce que l'odeur appétissante des haricots rouges monte aux narines des plus jeunes, qui se sont agités et élancés à travers le cercle des débats, malgré les invectives des adolescents et des accompagnateurs.

Au vu de l'excitation ambiante, la réunion a pris fin pour faire place à une cinquantaine d'assiettes pleines. "Même si les plus petits sont moins attentifs, leur présence est importante", assure Maria, accompagnatrice. "C'est un processus de longue haleine." Dès l'âge de 4 ou 5 ans déjà, les enfants commencent à assister aux réunions de la maison, et ils se forment petit à petit.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS