Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le ministre français de la défense a porté plainte fin juillet pour tentative d'escroquerie, après que des hommes se sont fait passer pour lui lors d'appels téléphoniques à des chefs d'Etat africains, selon son ministère. Ils voulaient se faire transférer de l'argent.

Dans cette affaire, révélée en août par l'hebdomadaire Jeune Afrique, plusieurs présidents africains ont été contactés par des imposteurs qui, imitant la voix du ministre Jean-Yves Le Drian, affirmaient que des agents secrets français avaient été enlevés par des djihadistes au Sahel mais que cela avait été gardé secret.

Le faux ministre demandait alors aux présidents de bien vouloir payer, à la place de la France dont la ligne officielle est de ne pas verser d'argent dans ces cas-là, des rançons en millions d'euros sur des comptes numérotés dans des paradis fiscaux. Il les assurait que leur pays serait remboursé par le biais de l'aide française au développement.

Escroquerie bien connue

Aucun chef d'Etat n'a été dupe, tous ont vérifié en appelant le cabinet du vrai ministre, Jean-Yves Le Drian.

Ce genre d'escroquerie, dit aux "faux ordres de virement", est bien connu par la police française, qui soupçonne des escrocs israéliens ou franco-israéliens installés en Israël d'être parvenus au cours des dernières années, notamment en mystifiant des chefs d'entreprises ou des services comptables de grosses sociétés, à se faire remettre de très fortes sommes.

La manipulation est presque toujours basée sur une mystification à base de services secrets, ce qui permet à l'escroc de demander à sa cible de garder le plus grand secret et de virer rapidement l'argent sur des comptes numérotés.

ATS