Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La commission femmes du syndicat vaudois des services publics (SSP) critique vertement la nouvelle émission "Tango" de RTSun. Elle juge ce programme "sexiste, rétrograde et allant à l'encontre de la mission de service public de la Radio Télévision Suisse".

"Tango", lancée en décembre dernier, est animé par un duo de journalistes, Sofia Pekmez et Michel Zendali. L'émission est diffusée le mercredi soir, en principe cinq fois par an. Après avoir parlé de séduction et de pouvoir, elle aborde pour son troisième rendez-vous, le 25 avril, la question de la libido sous le titre "Tu veux ou tu veux pas ?".

Stéréotypes

Ce nouveau programme a fortement déplu à la commission femmes du SSP-Vaud qui a envoyé une lettre indignée à Gilles Marchand, directeur de la RTS, et Gilles Pache, responsable des programmes. Dans sa missive, le groupe féministe et syndical déplore que l'émission renforce les stéréotypes.

"Cette émission est affligeante de par son bas niveau de réflexion intellectuelle, mais aussi dangereuse", écrit-il. "Derrière un ton décontracté, Tango se transforme en vecteur de reproduction et de légitimation de la domination des hommes sur les femmes".

"Le mouvement féministe ressort comme ringard et ridicule et son rôle historique dans l'évolution de la société est nié", ajoute la commission, qui demande à la RTS de retirer cette émission.

Incompréhension

Gilles Pache ne comprend pas ces attaques. "Le but de 'Tango' est précisément de s'appuyer sur des stéréotypes pour les déconstruire et les dénoncer", a-t-il expliqué mercredi à l'ats.

"Je suis atterré que ces personnes n'aient pas compris le ressort de l'émission", a-t-il ajouté. Il rappelle que la Genevoise Salika Wenger, militante féministe de la première heure, faisait partie des invités de la première émission, diffusée en décembre.

Pas question de déprogrammer "Tango". L'émission est nouvelle et d'un genre particulier, explique M. Pache.

ATS