Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des heurts ont éclaté mercredi après-midi entre jeunes Palestiniens et soldats israéliens à Hébron (Cisjordanie). Des milliers de personnes étaient présentes pour les funérailles d'une jeune femme tuée la veille, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Une cinquantaine de jeunes jetaient des pierres vers les soldats qui ripostaient à coups de grenades lacrymogènes et assourdissantes dans la Vieille ville d'Hébron, poudrière du sud de la Cisjordanie occupée où 500 colons israéliens vivent parmi les Palestiniens derrière miradors et barbelés.

Les violences ont commencé près du poste de contrôle militaire israélien situé entre la Vieille ville palestinienne et le quartier retranché des colons. Les soldats israéliens sont ensuite entrés dans la Vieille ville où les affrontements faisaient fuir les commerçants, sous les yeux de badauds venus faire leurs courses en cette veille de grande fête musulmane de l'Adha.

Les heurts se sont produits après l'enterrement d'une étudiante de 18 ans décédée après avoir été atteinte par des tirs israéliens mardi matin près d'un checkpoint. La dépouille accompagnée de milliers de Palestiniens a été portée à bout de bras jusqu'au cimetière. La foule a brandi son portrait, le visage intégralement voilé, sous une nuée de drapeaux palestiniens et des différents mouvements politiques.

Regain des tensions et nouvelles victimes

Selon l'armée israélienne, la jeune femme tentait de poignarder un soldat quand elle a été abattue. Mais pour son père Salaheddine, elle a été abattue "de sang-froid". Il a dénoncé auprès de l'AFP "le meurtre d'une jeune fille innocente", abattue "non pas d'une mais d'une dizaine de balles" alors qu'elle "ne posait de danger pour personne et encore moins pour des soldats surarmés".

Deux jeunes Palestiniens sont morts en moins de 24 heures dans le secteur de Hébron, en proie comme le reste de la Cisjordanie et Jérusalem à un regain de tensions.

Dans la nuit de lundi à mardi, un jeune de 21 ans est mort en manipulant un engin explosif qu'il comptait lancer sur des soldats, selon l'armée israélienne et des habitants. La police palestinienne a, elle, dit qu'il avait été tué par des tirs israéliens.

Etat d'alerte

Jérusalem était également en état d'alerte après les violences de la semaine passée et en prévision des grandes fêtes juives et musulmanes successives. Elles risquaient de voir affluer les fidèles dans la Vieille ville au pied de l'ultrasensible esplanade des Mosquées.

Les policiers, déployés par milliers, étaient toujours mobilisés, mais aucun trouble n'a été rapporté, a indiqué à l'AFP Luba Samri, la porte-parole de la police israélienne.

ATS