Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Diyarbakir - Au moins sept personnes ont été tuées lors d'accrochages avec des rebelles kurdes dans le sud-est de la Turquie, ont indiqué l'armée et des médias turcs. Quant au dirigeant du PKK Abdullah Öcalan, il a annoncé qu'il abandonnait ses efforts pour discuter avec le gouvernement.
Près de la frontière irakienne, une fusillade a opposé les forces de sécurité à un groupe de rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Deux soldats et un membre des "Gardiens de village", une milice locale kurde qui se bat contre le PKK aux côtés de l'armée turque, ont été tués. Deux soldats ont été blessés.
Au cours d'un autre accrochage dans une zone rurale de la province de Siirt, deux miliciens sont morts dans l'attaque d'une patrouille militaire par le PKK. Dans la soirée, un autre groupe de rebelles a attaqué une mine de chrome dans la province d'Antakya, tuant un garde d'une compagnie privée de sécurité et blessant un autre. L'un des assaillants a été tué dans l'affrontement.
"Poursuivre ce processus n'a plus de sens ni d'utilité. J'abandonne, en date du 31 mai, étant donné que je n'ai pas pu trouver d'interlocuteur", a de son côté déclaré à son avocat, de sa prison, le leader rebelle kurde Abdullah Öcalan.
Abdullah Öcalan, qui continue à diriger le PKK de sa prison par l'intermédiaire de messages passés par ses avocats, a déclaré que la "responsabilité incombe maintenant" aux dirigeants du PKK et au principal parti pro-kurde BDP (Parti pour la paix et la démocratie).

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS