Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Des lois "faites à moitié" profitent à Blaise Compaoré

L'ex-président burkinabé, Blaise Compaoré, vit en exil en Côte d'Ivoire depuis l'insurrection populaire qui a mis fin à ses 27 ans au pouvoir en 2014.

KEYSTONE/AP/FRANCOIS MORI

(sda-ats)

Blaise Compaoré ne sera pas poursuivi pour "haute trahison" ou "attentat à la Constitution". En raison d'un vide juridique, il échappe à ces deux chefs d'accusation, a annoncé vendredi le procureur de la Haute Cour de justice.

L'ex-homme fort du Burkina reste toutefois poursuivi en tant que ministre de la Défense (il était à la fois président et ministre). Il est inculpé pour la répression des journées d'insurrection d'octobre, ainsi que dans le cadre du dossier de la mort de l'ancien président burkinabé, Thomas Sankara. Ce dernier avait été tué en 1987 lors d'un coup d'Etat qui porta Blaise Compaoré au pouvoir.

"Blaise Compaoré a été mis en accusation pour 'haute trahison' et 'attentat à la Constitution'; or ces deux infractions ne sont pas prévues dans le droit positif burkinabé (...) Aucune loi ne dit en quoi consiste la 'Haute trahison' et 'l'attentat à la Constitution'", a expliqué le procureur Armand Ouedraogo, lors d'une conférence de presse.

Des lois incomplètes

"Ce dossier ne peut être exécuté parce qu'il n'y a pas de loi (...) Il y a un problème d'achèvement des lois. Les lois ont été faites à moitié", a-t-il ajouté.

Après quatre mandats successifs, Blaise Compaoré a tenté de se maintenir au pouvoir et de modifier la Constitution en 2013. Cette tentative avait marqué le début du soulèvement populaire, fatal à son régime. L'ex-président burkinabé vit depuis en exil en Côte d'Ivoire.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.