Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La plupart des médias français faisaient leur une mercredi sur le prêtre assassiné dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray.

KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHE PETIT TESSON

(sda-ats)

Des médias français comme la chaîne BFMTV, les quotidiens Le Monde et La Croix ont décidé de ne plus publier de photos des auteurs d'attentats. Ils veulent "éviter d'éventuels effets de glorification posthume" et "ne pas mettre au même niveau victimes et terroristes".

"A la suite de l'attentat de Nice, nous ne publierons plus de photographies des auteurs de tueries, pour éviter d'éventuels effets de glorification posthume", écrit le directeur du Monde, Jérôme Fenoglio, dans un éditorial mercredi.

"Nous nous sommes rendu compte après l'attentat de Nice que nous étions très mal à l'aise avec une série de photos, issue du passé des auteurs", a-t-il expliqué à l'AFP. "Il ne faut pas cacher les faits, ou le parcours de ces tueurs, c'est pourquoi nous ne sommes pas favorables à leur anonymat, mais leurs photos ne sont pas utiles pour décrire leur parcours", poursuit-il.

Portée emblématique

La chaîne d'information en continu BFMTV a elle aussi décidé "de ne plus diffuser des photos de terroristes à l'antenne, jusqu'à nouvel ordre. La réflexion était engagée dans la rédaction depuis un certain temps. Elle s'est accélérée après Nice, avec la répétition de ces tragédies", a annoncé Hervé Béroud, le directeur de la rédaction de BFMTV.

"La photo a une portée symbolique et emblématique, surtout sur une chaîne d'information en continu avec de nombreux journaux et donc des diffusions répétées. La photo peut mettre au même niveau victimes et terroristes".

Le problème du nom

La chaîne continuera toutefois de diffuser le nom des auteurs d'attentat. "Cet élément a été donné en direct par le procureur (de Paris, François) Molins. Toute la difficulté de ce débat est de prendre garde aussi de ne pas renoncer à informer", explique-t-il.

"On ne publiera que le prénom et l'initiale du nom et pas de photo", a pour sa part annoncé François Ernenwein, rédacteur en chef au quotidien catholique La Croix, qui doit produire un texte de réflexion sur ses choix "afin de les argumenter devant nos lecteurs". Sur Twitter, la radio Europe 1 a également annoncé qu'elle "ne citerait plus les noms des terroristes à l'antenne".

Libé continuera

Ce point de vue n'est pas partagé par le quotidien de gauche Libération. Selon le directeur adjoint du quotidien, Johan Hufnagel, anonymiser les terroristes n'est pas une position tenable. "imaginez un papier avec les frères SA et BA, AA, FAM", a-t-il dit à l'AFP.

Il ajoute toutefois que "le débat sur l'utilisation de la photo dans le journal et sur le site de Libération est une discussion permanente depuis l'existence du journal". "Publier les photos de terroristes et les glorifier, ce n'est pas la même chose. Dabiq (revue de l'EI) glorifie", a-t-il ajouté.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS