Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Des migrants à bord d'un bateau espagnol pourront débarquer à Malte

Le 'Nuestra Madre Loreto' transportait initialement douze migrants, originaires du Niger, de Somalie, du Soudan, du Sénégal et d'Egypte, rescapés d'une embarcation pneumatique partie de Libye. Ils y cohabitaient avec les treize membres de l'équipage depuis le 22 novembre.

KEYSTONE/AP/JAVIER FERGO

(sda-ats)

Onze migrants africains sauvés par un bateau de pêche espagnol errent depuis dix jours en Méditerranée en quête d'un port d'accueil. Ils pourront débarquer à Malte, ont annoncé dimanche le gouvernement espagnol et une ONG.

"Le bateau 'Nuestra Madre Loreto' se dirige vers Malte pour débarquer les onze migrants qui restent à bord", selon un communiqué de la vice-présidence du gouvernement. "Le capitaine du bateau s'est vu annoncer cette nuit qu'il pouvait se rendre à Malte vers où il a mis le cap", ajoute le communiqué.

Le bateau transportait initialement douze migrants, originaires du Niger, de Somalie, du Soudan, du Sénégal et d'Egypte, rescapés d'une embarcation pneumatique partie de Libye. Ils y cohabitaient avec les treize membres de l'équipage depuis le 22 novembre.

Grâce à l'appui de l'ONG, l'un des douze migrants, "en état de déshydradation très élevé", a été évacué vendredi vers Malte par un hélicoptère des secouristes maltais, a précisé une porte-parole de l'organisation.

Libye puis Malte

Le gouvernement espagnol avait dans un premier temps vainement demandé à la Libye de prendre les réfugiés en charge, avant de lancer des démarches auprès des gouvernements de l'Italie et de Malte.

Le capitaine du bateau, Pascual Durá, s'était plaint qu'aucun de ces deux derniers pays ne lui ait accordé l'entrée de ses ports. Il avait averti mardi d'une situation "limite" à bord, avec seulement six ou sept jours de provisions et une tempête qui approchait.

L'ONG espagnole Proactiva Open Arms avait depuis porté assistance au bateau, "coincé" en mer selon l'expression de son capitaine depuis le 22 novembre.

Gestion tardive

Le fondateur de Proactiva Open Arms, Oscar Camps, a dénoncé dans un tweet une gestion de la situation des migrants "tardive, mauvaise et sans scrupules, jouant avec la sécurité des personnes" et faisant peser "des risques élevés" sur l'équipage.

Dans son communiqué, le gouvernement socialiste espagnol souligne que "la politique migratoire européenne doit être commune" et que "nous devons tous respecter les normes internationales et communautaires".

Le Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés avait demandé vendredi qu'"une solution urgente" soit trouvée, précisant avoir exprimé au gouvernement espagnol "sa profonde préoccupation face à la possibilité d'un retour forcé des personnes secourues en Libye" qu'il ne considère pas comme une destination sûre.

L'Espagne est devenue cette année la première porte d'entrée des migrants en Europe devant l'Italie. Mais la route de la Méditerranée centrale reste la plus dangereuse avec 1277 des 2075 morts recensés cette année par l'Organisation internationale pour les Migrations.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.