Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Des migrants honduriens force la frontière Guatemala-Mexique

Des milliers de migrants honduriens ayant quitté leur pays en "caravane" ont passé en force la frontière entre le Guatemala et le Mexique à Tecún Umán.

KEYSTONE/EPA EFE/ESTEBAN BIBA

(sda-ats)

Des milliers de migrants honduriens ayant quitté leur pays en "caravane" ont passé en force la frontière entre le Guatemala et le Mexique à Tecún Umán. Leur objectif de se rendre aux Etats-Unis.

Les migrants honduriens ont enfoncé une clôture métallique qui leur barrait le passage à la frontière guatelmatèque et submergé une première clôture mexicaine jusqu'à un pont frontalier où des forces anti-émeutes mexicaines étaient déployées et leur barraient le passage.Aux cris de "Oui, on peut" ou "Mexico! Mexico!", la foule, qui compte nombre de femmes et enfants, s'est engouffrée à la frontière après quelques instants de grande tension face à un premier cordon d'une vingtaine de policiers. "Ouvrez s'il vous plaît!" suppliait une femme en pleurs devant l'ultime barrière, un bébé dans les bras.

Les forces de l'ordre ont essuyé des jets de projectiles, selon un journaliste de l'AFP, et certains migrants ont été victimes de malaise au cours de la bousculade. "Nous ne faisons rien de mal, nous voulons seulement du travail", expliquait une femme accompagnée d'une fillette au milieu de la foule.

"Nous vous demandons de désigner des représentants pour entamer un dialogue avec les fonctionnaires de migration", leur a répliqué un fonctionnaire mexicain à l'aide d'un haut-parleur. "Ne continuez pas à mettre en danger les femmes et les enfants" a-t-il poursuivi. "Nous allons y arriver! Nous allons parvenir à rentrer tous ensemble" scandait un jeune homme, alors que la caravane se massait sur le pont.

Défi à Trump

Plus de 3000 Honduriens sont arrivés en petits groupes, à pied ou par bus, à Tecun Uman ces derniers jours. Ils ont quitté samedi dernier San Pedro Sula, dans le nord du Honduras, fuyant la misère et la violence dans leur pays.

Jeudi, le président américain Donald Trump avait menacé de fermer la frontière avec le Mexique si les autorités mexicaines ne bloquaient pas l'avancée de cette caravane de migrants honduriens. "Je dois, dans les termes les plus fermes, demander au Mexique de stopper cette marche. Si le Mexique n'y arrive pas, je demanderai à l'armée de fermer notre frontière sud", a tweeté le président américain.

"Une crise se profile rapidement, avec un nombre record de migrants", a déclaré vendredi le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo lors d'un déplacement à Mexico, où il devait s'entrenir avec le président Enrique Peña Nieto.

"Monte sur un radeau!"

A Ciudad Hidalgo, sur la rive mexicaine, des passeurs tentaient de convaincre par téléphone les Honduriens de traverser en radeau pneumatique. "Tu vois, tu montes dans un radeau et tu leur dis de vous amener là où on aperçoit la lampe de mon téléphone, dépêchez-vous maintenant que c'est calme, dépêchez-vous", insistait Raul, un passeur, en grande conversation à l'aube sur son téléphone portable.

Une centaine de Honduriens attendent déjà dans cette ville l'arrivée de la "caravane". Ils jouent au football pour tromper l'ennui et la peur des opérations de police.

Les autorités locales s'attendent à l'afflux de 3000 migrants dans les prochains jours. Le chef de la police de la ville Gerardo Hernandez a indiqué que cinq refuges avaient été préparés, pouvant héberger jusqu'à 4000 personnes.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.