Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une dizaine de militants anticapitalistes occupaient vendredi des bureaux vides d'UBS dans la capitale britannique, a annoncé le mouvement "Occupy London Stock Exchange". La police a indiqué "surveiller la situation", tandis qu'UBS a dit "prendre les mesures adaptées".

Ces militants, qui protestent contre les excès du monde de la finance, sont entrés pendant la nuit de jeudi à vendredi dans les locaux situés à Hackney et comptent les utiliser pour une "banque d'idées". "Comme les banques saisissent les maisons des gens, le public doit reprendre possession des propriétés vides des banques", a déclaré l'un des militants sur le site internet du mouvement.

La police surveille

Un porte-parole de la police a confirmé que les forces de l'ordre avaient été appelées vendredi matin dans l'est de la capitale en raison de la présence de manifestants, mais qu'"aucune infraction n'avait été constatée". "Nous surveillons la situation", a ajouté le porte-parole.

Les protestataires londoniens, inspirés par les militants new-yorkais du mouvement "Occupy Wall Street", campent depuis le 15 octobre autour de la cathédrale Saint-Paul, dans le quartier de la City, où ils sont menacés d'expulsion par la municipalité. Ils se sont aussi installés dans le square Finsbury, à Londres également.

Arrestations à New York

Le mouvement anti-Wall Street a marqué jeudi son deuxième mois d'existence par une série d'actions dans plusieurs villes américaines. A New York, berceau de la contestation, des milliers de manifestants se sont rassemblés et au moins 250 personnes ont été arrêtées.

Les manifestants étaient 20'000, selon le mouvement Occupy Wall Street, la police refusant de donner une estimation. Parmi eux se trouvaient de nombreux syndicalistes et des étudiants protestant contre le coût de l'éducation.

ATS