Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Israël a interdit dimanche l'entrée sur son sol à des centaines de militants de l'opération "Bienvenue en Palestine", soit à leur arrivée, soit dans les aéroports de départ. En Suisse, une cinquantaine d'entre eux ont été bloqués à Genève, Bâle et Zurich.

Sur 1500 participants espérés, dont un tiers de Français, seuls quelques dizaines sont parvenus jusqu'à l'aéroport Ben Gourion de Tel Aviv. Les autres, dans leur grande majorité, ont été empêchés à l'embarquement, notamment à Paris, Bruxelles, Rome et Istanbul.

Dimanche soir, une quarantaine de passagers "retenus pour interrogatoire" étaient en instance d'expulsion d'Israël, selon la police israélienne. Cette dernière a précisé que 33 de ces passagers étaient de nationalité française et que les sept autres avaient le passeport suisse, espagnol, italien, canadien ou portugais.

Auparavant, une cinquantaine d'activistes avaient été refoulés en Suisse. A Genève, 28 militants qui avaient acheté un billet auprès d'EasyJet n'ont pu embarquer, selon un porte-parole de la police genevoise. Ces personnes, entourées de sympathisants, ont exprimé leur mécontentement devant les guichets de la compagnie, a indiqué à l'ats une responsable de l'Aéroport international de Genève.

Une personne interpellée

Les militants ont protesté dans le calme encadrés par les forces de l'ordre. Selon la police, une personne a été auditionnée quelques minutes, avant de rejoindre un groupe qui s'est ensuite dispersé.

Dans le même temps, plusieurs militants éconduits ont indiqué qu'une trentaine d'entre eux avaient été refoulés dès l'embarquement et une dizaine d'autres avaient été été interceptés ensuite.

A l'aéroport de Bâle, 21 militants ont été empêchés d'embarquer, selon la porte-parole de l'EuroAirport. Une manifestation de protestation a été organisée, encadrée par quelques policiers.

ATS